Maxime Pedneaud-Jobin

Maire de la Ville de Gatineau

Jour 253 (19 décembre)

Encore travail à la maison, transition vers les vacances. Je finalise un texte pour janvier. Quelques appels. Je révise le plan d'action pour le retour. Lecture. Demain, un dernier passage au bureau.

Jour 252 (17 décembre)

Je reste à la maison aujourd'hui et pour le reste de la semaine. Je m'isole un peu pour préparer 2015. Révision du plan d'action, lecture, quelques téléphones. Hier j'ai oublié de saluer Mario qui travaille au resto où j'ai dîné. C'est un habitué de ma page. Le repas était bon, le service aussi, on y retournera (je ne donne pas de nom de resto, j'essais de ne pas faire de pub sur cette page, ça fait des jaloux, c'est compliqué).

Jour 251 (16 décembre)

Rencontre avec les trois candidats du PLC pour l'élection fédérale à venir. Au menu : les intérêts de Gatineau en transport, logement, infrastructures. Sprint de gestion de dossiers avec l'équipe du cabinet, on prépare les vacances, on vaut laisser la maison en ordre. Diner avec André Laframboise, ancien conseiller municipal et ami. Inauguration de l'agrandissement du campus Félix-Leclerc du cégep de l'Outaouais, puis rencontre du Front régional avec le ministre. L'écoute est bonne, le ministre fait écho au rapport Demers, un rapport important qui reconnait qu'en matière d'éducation postsecondaire, les retards de l'Outaouais nuisent à tout le Québec : fuite de cerveaux, fuites de capitaux, etc. En route vers la maison, je retourne plusieurs appels.

Jour 250 (16 décembre)

Tout l'avant-midi à la Conférence régionale des élus. Une quinzaine d'organismes/individus partenaires de la CRÉO viennent donner leur appui à la (re)mise en place d'une instance de concertation régionale. On chemine vers ça, une nécessité. Dîner de Noël avec le personnel du cabinet du maire, nous avons vraiment une belle équipe, on travaille fort mais on rit beaucoup aussi. En pm, entrevues avec Daniel Séguin de MaTV, puis Michel Picard d'Unique FM, puis rencontre avec le président de la Fraternité des policiers et policières de Gatineau pour échanger sur l'année à venir. 5 à 7 de Noël avec des membres d'Action Gatineau (75!), on parle avec fierté du chemin parcouru.

22e édition du Déjeuner du maire - 14 décembre 2014

C'était samedi la 22e édition du Déjeuner du maire. Un énorme merci à tous les bénévoles et nos commanditaires.

 

Nos cols bleus dans le Journal de Montréal

Des cols bleus inventent un système pour déplacer les couvercles d’égouts

Jour 249 (12 décembre)

Déjeuner avec les commanditaires majeurs du Petit déjeuner du maire, puis rencontre au bureau avec la conseillère Sylvie Goneau pour échanger sur les enjeux à venir à la FCM. Séance de signature avec la greffière de la ville, rencontre avec la direction de Développement économique CLD Gatineau, puis dîner de Noël avec toute l'équipe de DÉ-CLD. Entrevue avec Radio-Canada sur la commission parlementaire de janvier sur les moyens pour retrouver l'argent perdu à cause de la collusion. Départ vers la MRC des Collines pour une rencontre avec le ministre de la santé, monsieur Barette. On met en lumière les particularités de l'Outaouais. En soirée, match des Olympiques.

BUdget 2015 - Le contrôle des dépenses

Des efforts considérables ont été faits dans le budget 2015 pour exercer un contrôle accru sur nos dépenses. Plus de détails dans la capsule ci-dessous

 

Jour 248 (12 décembre)

Une autre journée intense. Tôt le matin, avec l'équipe du cabinet, je finalise notre réponse aux déclarations du ministre Moreau, (voir statut précédent pour ma déclaration complète). 9h30, arrivée à l'école internationale Mont-Bleu pour une présentation devant des élèves de 6e année sur le rôle d'un maire. Je suis accompagné de la conseillère Mireille Apollon. Tout un barrage de questions, les enfants en posent d'aussi solides que les adultes. Conversation téléphonique avec le maire de Montréal et la mairesse de Longueuil sur les événements du jour. De retour au bureau je regarde le point de presse d'une quinzaine de maires et mairesses qui dénoncent le ministre Moreau. La présidente de l'UMQ lit des messages, dont le mien, d'une quinzaine d'autres maires qui n'ont pas pu se rendre à Montréal mais qui dénoncent eux aussi le ministre Moreau. Présence au début de la rencontre du comité des affaires courantes de Développement économique CLD Gatineau, puis entrevues et point de presse avec les médias locaux, puis avec RDI sur le sujet du jour. De retour au bureau pour une rencontre avec un entrepreneur. Autre entrevue, cette fois sur le bilan de l'année, avec TVA. Rencontre avec l'équipe du cabinet sur le processus de rédaction du discours du budget (c'est complexe), on proposera une façon plus simple de procéder. Photo avec les coprésidents de la campagne municipale de Centraide, des gens qui se donnent beaucoup pour les plus démunis. Rencontre avec des représentants de la Ligue d'échecs de l'Outaouais, la ligue qui, après celle de Montréal, a le plus de joueurs au Québec. La journée se termine par un bref passage au « 5 à 7 » de Noël de Tourisme Outaouais. Grosse journée, cerveau fatigué.

Le maire de Gatineau dénonce les menaces de représailles à l'endroit de Laval et Longueuil

Mesdames, Messieurs,

Aujourd’hui, je joins ma voix à mes collègues de l’UMQ qui dénoncent les propos du ministre Moreau. Ces propos  représentent une trahison profonde des promesses d’autonomie pour les villes et le plus mauvais départ que l’on pouvait imaginer dans les relations gouvernement-villes.

Le Ministre doit impérativement retirer ses menaces;  reconnaître la capacité de décider des élus municipaux; reconnaître leur compétence pour gérer leur budget et entamer un dialogue, tel qu’il l’a promis, pour bâtir de nouvelles relations entre les villes et le gouvernement.

Le gouvernement doit comprendre que si nous devons augmenter les taxes, année après année, il en est en partie responsable. Seulement à Gatineau, au cours des dernières années, 40% des nouveaux emplois sont des postes de policiers et de pompiers, postes imposés par le gouvernement du Québec. Et ce, sans parler du désengagement continuel du gouvernement dans les programmes d’habitation, de transport, d’environnement et autres.

Pendant qu’il critique notre gestion, le gouvernement a augmenté le fardeau fiscal des familles en moyenne de plus de 1 200 dollars alors qu’à Gatineau notre hausse de taxe équivaut à 70 $. Le ministre et son gouvernement n’ont aucune leçon à nous donner. Aucune. 

Je suis un nouveau maire. Il y a un an, j’étais plein d’espoir. J’étais heureux d’arriver en poste à une époque où tous les partis semblaient déterminés à enfin faire sortir les villes du carcan légal ridicule dans lequel elles se trouvent depuis deux siècles. Je croyais qu’enfin on donnerait aux villes les moyens  de faire d’elles le moteur économique et social dont le Québec a bien besoin. Aujourd’hui je perds encore quelques illusions. Au lieu d’avancer, nous reculons.Je peux vous assurer que je consacrerai une partie de chacune des minutes à ma disposition à dénoncer le cul-de-sac dans lequel Québec place nos villes et les gens qui y habitent.