Maxime Pedneaud-Jobin

Maire de la Ville de Gatineau

Jour 218 (30 octobre)

La journée commence avec une présentation presque finale du plan triennal d'immobilisations (PTI), la liste des investissements à venir dans nos infrastructures pour les trois prochaines années. Le document constitue un élément important du budget à venir. Midi, entrevue sur la rue Laval avec Radio-Canada, sur le bilan de la première année. Dîner improvisé avec l'ami/directeur de vision Centre-Ville, Stefan Psenak. En pm, caucus des élus d'Action Gatineau puis rencontre de la Commission de révision des dépenses, présidée par Maxime Tremblay. Un bilan public des travaux sera fait au budget. Retour de quelques appels urgents, puis rencontre avec les membres de la section Outaouais de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec. De belles discussions sur la transparence et les défis de l'arrimage entre le travail des élus et celui des journalistes.

Jour 217 (29 octobre)

Exécutif webdiffusé ce matin suivi d'un point de presse aussi webdiffusé et d'une rencontre de travail, toujours avec l'exécutif sur la préparation budgétaire. On termine la rencontre après le diner puis je me rends à la Conférence régionale des élus pour discuter avec le conseil d'administration des décisions gouvernementales à venir en région. Après la rencontre, arrêt à la Maison de la culture pour une entrevue avec Radio-Canada sur le bilan de l'année. Longue fin d'après-midi au bureau : courriels, lecture, appels, préparation de réunions à venir. Hier j'avais passé sous silence le passage au bureau, sur l'heure du dîner, de l'équipe de Patrick Groulx, humoriste gatinois, pour le tournage d'une émission sur Gatineau. Super équipe, sympathique monsieur, on a bien ri. On ne sait pas quand l'émission sera diffusée.

Jour 216 (28 octobre)

Long mardi de plénier. Présentation du nouveau rôle d'évaluation de la ville. Il est disponible sur le site de la ville si vous voulez voir l'évolution de la valeur de votre maison. En après-midi, présentation de la stratégie qui nous permettra de faire les changements nécessaires à nos façons de faire en urbanisme. Autre décision importante, nous allons simplifier l'ensemble des avis publics municipaux (c'est souvent du charabia) et nous rendrons publique les analyses des projets qui passent au comité consultatif d'urbanisme (notamment des demandes de dérogation) AVANT les décisions du conseil. Cela permettra aux citoyens d'avoir toute l'information nécessaire s'ils veulent se faire entendre sur un dossier. Je crois que nous serons la seule ville au Québec à faire cela, c'est un pas très important en matière de transparence.

Jour 215 (27 octobre)

8h rencontre dans le secteur Buckingham avec des représentants d'Énergie renouvelable Brookfield et les conseillers Lajeunesse et Carrière sur des projets d'accès aux terrains situés le long de la rivière. Rencontre d'équipe du lundi pour préparer la semaine. Diner-rencontre à Développement économique CLD Gatineau en vue du forum du 29 novembre. En pm et en soirée, diverses rencontres sur des dossiers en cours, dont nous reparlerons. Au bureau, soirée électorale des municipales ontariennes, je me prépare à appeler le gagnant à la mairie d'Ottawa

Jour 214 (24 octobre)

Matinée consacrée à la préparation du budget. Tout l'exécutif y est. Notre objectif est de faire des propositions au conseil pour que les enjeux soient bien présentés et que les décisions soient claires. Départ pour le golf Le Sorcier où nous rencontrons le président du conseil du trésor et ministre responsable de la révision des programmes du Québec, monsieur Martin Coiteux. Je suis à sa table, avec la ministre Vallée, la présidente de la CRÉO, madame Lalande, le président de la Chambre de commerce, monsieur Antoine Normand ainsi que monsieur Jean Vaillancourt, recteur de l'UQO. Nous avons un message commun pour le ministre : le rattrapage à faire en santé et en éducation en Outaouais n'est pas un enjeu régional, c'est un enjeu Québécois. Quarante pour cent des citoyens de l'Outaouais qui font leur éducation postsecondaire en Ontario ne peuvent même pas revenir travailler au Québec, c'est une fuite de cerveaux qui affecte tout le Québec, il faut y mettre fin en développant des programmes chez nous. Je quitte la rencontre avant la fin pour aller à la mosquée d'Aylmer. Des événements comme ceux de cette semaine provoquent parfois un ressac envers  les communautés musulmanes, pourtant les crimes odieux qui ont été commis relèvent de la folie, du fanatisme, mais pas de la religion. La communauté musulmane de Gatineau est aussi révoltée et dénonce ces gestes avec autant de force que le reste des Gatinois. Les criminels sont ceux qui tuent, pas ceux qui prient.

Jour 212 (22 octobre)

Journée tragique. Nous étions en étude du budget avec l’exécutif et le comité des immobilisations au moment où la nouvelle de l'attaque est arrivée. La direction générale nous a fait un premier topo préliminaire de la situation, notamment la mobilisation de nos forces policières et l’arrimage immédiat avec la GRC, la police d’Ottawa, la SQ. Les protocoles de collaboration des forces policières ont été mis en place immédiatement, nous avons offert notre aide totale au cabinet du maire Watson. On sait que notre présence dans la région de la capitale nous donne des responsabilités particulières que nous avons assumées aujourd’hui. Un peu plus tard, j’ai quitté la réunion pour me joindre à la cellule de crise. Pareille opération est dirigée avant tout par le service de police, la direction générale assure une veille constante, tient les employés au courant des développements, prend les décisions quant au confinement et se tient prête à mobiliser les autres services municipaux, l’arrimage se fait également avec la STO et je suis tenu au courant des développements en temps réel (la loi donne au maire des pouvoirs spéciaux si les mesures d’urgence doivent être déclarées, ce qui n’a pas été le cas). Nous avons également émis un communiqué pour apporter le soutien des Gatineau aux gens touchés par la tragédie et j’ai eu une conversation avec le maire Watson pour l’assurer de notre soutien total dans ces moments difficiles. En pm, j’ai donné quelques entrevues. Au milieu de tout ça, de façon un peu chaotique, on tient des discussions sur la réforme à venir à l’urbanisme et on fait la préparation du bilan de notre première année. En soirée, on me tient au courant par courriel, on décide de mettre les drapeaux en berne, j’obtiendrai un bilan plus complet demain.

Jour 210 (20 octobre) et 211 (21 octobre)

Oubli de faire mon statut de fin de journée hier, désolé pour les habitués, je me corrige ce soir. Donc lundi matin, café avec Robert Goulet, maire de l'Ange-Gardien, on échange sur les partenariats entre l'urbain et le rural. Au bureau, préparation finale du discours sur la situation financière municipale. Par la suite, présence à l'inauguration de la Librairie du Soleil (voir statut précédent). Diner-rencontre avec l'équipe du cabinet pour préparer le bilan de la première année. Séance de signatures avec de nombreux notaires, puis rencontre du lundi avec la direction générale et mon directeur de cabinet. Jour 211, journée de conseil municipal. Dès 8h, rencontre du comité de révision des comités et commissions du conseil, on veut améliorer la performance des instances qui relèvent du conseil. Par la suite, plénier avec l'ensemble des élus pour continuer la préparation du budget. Lunch rapide dans le bureau, je relis mes documents pour le soir. 13h, conseil spécial sur un dossier de ressources humaines au Service de police, c'est le conseil lui-même qui a la responsabilité de procéder au licenciement d'un employé. Ensuite caucus préparatoire du conseil, on revoit tous les points à l'ordre du jour. Nombreuses questions, on précise plusieurs résolutions, le tout est webdiffusé. On nous présente notamment le projet Windmill (site Domtar) ceux et celles que le projet intéresse peuvent avoir accès à la présentation sur le site web de la ville. Après tout cela, point de presse sur les nombreux sujets du jour. À la fin de l'après-midi, on jase à la salle des conseillers en attendant le souper. Souper ensemble à la maison du citoyen. Avant le conseil, je me retire toujours dans mon bureau pour relire mes discours et préparer, s'il y a lieu, des réponses à d'éventuelles questions de citoyens (quand on sait à l'avance si des gens se présenteront sur place). Conseil : 1h30 de discours des élus et période de questions. Tout se termine vers 22h, on passe ensuite à mon bureau pour échanger informellement sur la journée... et pour regarder la fin du match du Canadien. Le but en prolongation est le signal pour que la majorité s'en retourne à la maison. La conversation continue avec quelques collègues, on parle travail. 23h10 statut Facebook. Demain, première rencontre à 8h.

Librairie du soleil - 20 octobre 2014

J’étais de passage ce midi à l’ouverture du nouveau magasin de la Librairie du Soleil sur le boulevard St-Raymond, en compagne des conseillères Louise Boudrias et Mireille Apollon. Je tenais à être présent pour souligner une étape importante dans la vie d’une entreprise locale qui fait désormais partie du paysage culturel et économique de Gatineau.

C’était aussi une excellente occasion, dans le cadre de la semaine des bibliothèques, de dire quelques mots sur toute l’importance de l’accès aux livres et à la culture dans nos sociétés. Alors que les librairies rendent disponibles ces objets précieux que sont les livres, les villes ont aussi un rôle à jouer avec leurs bibliothèques publiques : celui d’encourager et de favoriser l’accès au plus grand nombre, notamment aux moins fortunés. À chaque dollar que nous choisissons d’investir collectivement dans nos bibliothèques, c’est 5,39$ que nous sommes capables de nous offrir en service à toute la population! Et des retombées incalculables dans le développement de ce qui fait la force des sociétés de nos jours, soit la matière grise et la capacité d’innover, de réfléchir.

 

Félicitations à toute l’équipe, et bon succès.

 

Jour 209 (17 octobre)

Café ce matin avec une candidate possible aux élections fédérales, on discute des dossiers fédéral/municipalités. Conférence téléphonique dans la voiture entre la maison et le bureau, ça a été comme ça tous les matins cette semaine. Rencontre avec des représentants des collèges privés de la région, ils me présentent leurs établissements et on échange sur les interactions entre eux et la ville. Dîner rencontre sur des enjeux budgétaires. En pm, caucus d'Action Gatineau puis rencontre d'équipe du cabinet sur l'agenda. On termine la journée avec une discussion sur le bilan de l'année, notre premier anniversaire d'arrivée en poste s'en vient à grands pas. Passage rapide au Symposium Gatineau en couleurs à la Maison du citoyen, une importante exposition d'artistes visuels et de sculpteurs, à voir toute la fin de semaine, c'est superbe.

Jour 208 (17 octobre)

En début de journée, rencontre avec des hauts fonctionnaires pour préparer les entrevues du jour sur les finances municipales. Ensuite rencontre avec Daniel Lacasse de l'APICA pour discuter de divers enjeux d'Aylmer, puis rencontre avec des représentants du festival des montgolfières. Longues entrevues avec Le Droit et TVA. Diner de travail au comité des affaires courantes du CLD-Développement économique Gatineau. 13h30, départ vers Montréal pour une rencontre avec Pierre Craig, animateur à La Facture et président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec pour échanger sur les "bonnes pratiques" en matière de transparence. Je suis accompagné de mon attachée de presse et de notre directeur des communications. L'aller et le retour sont ponctués d'appels téléphonique et la conversation en voiture porte sur les défis de communication que nous devons relever. Retour à la maison le soir même, statut Facebook, dodo.