Maxime Pedneaud-Jobin

Maire de la Ville de Gatineau

L’importance fondamentale de la liberté d’expression

 

Je voudrais m’exprimer ici en tant qu’ancien président de la Fédération étudiante de l’Université d’Ottawa (FÉUO), en 1990-1991. Je ne reconnais pas l’Université d’Ottawa.

 

Je ne peux pas concevoir qu’en 2020, nous devions nous mobiliser pour défendre la liberté d’expression dans une université respectable, dans une classe où une prof fait exactement ce qu’elle doit faire : stimuler la réflexion de ses élèves sur des enjeux importants. Je croyais que nous avions compris que la liberté d’expression, donc l’absence de censure, doit être protégée parce qu’elle est un fondement de la démocratie. Ce principe existe pour protéger notre capacité de débattre, il existe, justement, pour s’appliquer quand il y a désaccord profond. La censure est aussi la voie de la paresse car lorsqu’on interdit, plus besoin de dénoncer, plus besoin de débattre, on laisse le mal se propager en silence, car si on ne le combat pas par la parole, il se propagera.  

 

La censure est aussi la voie de tous les excès politiques.  Victor Hugo l’appelait son « ennemie littéraire » et son « ennemie politique ». La censure est une arme qui s’attaque d’abord et avant tout à celles et à ceux qui veulent changer le monde. Le faire progresser. Le bousculer. L’obliger à regarder ses travers, ses démons, sa part d’ombre. Les étudiant(e)s qui attaquent cette prof s’attaquent eux-mêmes. Ils veulent que le monde change, que les mots changent, c’est par la parole que nous y arriverons, pas par la censure, même avec de bonnes intentions. Censurer, pour encore paraphraser Hugo, c’est défendre la civilisation avec les moyens de la barbarie.

 

Cette phrase, venant du recteur de l’Université d’Ottawa, me donne des frissons dans le dos : « Les membres des groupes dominants n’ont tout simplement pas la légitimité pour décider ce qui constitue une microagression ». Un recteur cautionne l’idée qu’une opinion puisse être jugée non pas en fonction de son contenu, mais en fonction du groupe d’appartenance de la personne qui parle… Dans ce principe, il y a l’idée que l’on juge un propos en fonction de la couleur de la peau de la personne qui s’exprime. C’est une attaque contre la citoyenneté, contre la démocratie, contre les Lumières, contre les principes même de l’éducation. Je voulais joindre ma voix à celles et à ceux qui dénoncent cette dérive.  

Suivi du conseil municipal

Très gros conseil municipal hier, avec l'adoption de plusieurs changements en profondeur dans nos façons de faire. En rafale, voici 3 dossiers adoptés hier qui vont marquer l'évolution de Gatineau pendant plusieurs années:
- 1ère adoption du plan d'urbanisme révisé et de plusieurs autres éléments, qui viennent conclure le processus de concordance de notre schéma. Protection des milieux humides, critères resserrés pour le développement de projet d'envergures, densification aux endroits clés: on ramène l'intérêt collectif comme objectif fondamental de nos pratiques en aménagement. Une dernière étape de consultation se tient avant l'adoption finale au conseil de novembre, détails ici: https://bit.ly/34gJSSZ
- Adoption d'une politique d'économie sociale: une réponse puissante aux dérives du capitalisme et une autre façon de renforcer le tissu économique local.  En nous inspirant des meilleures pratique, on veut que cette politique devienne un outil pour innover et pour aider les citoyens et les citoyennes à adapter leur ville à leurs besoins et à leurs aspirations collectives. Détails ici: https://bit.ly/31tENoW
- Adoption d'un cadre de référence en itinérance: C'est d'abord une responsabilité de Québec et du CISSSO, mais on veut clarifier les rôles de tous et chacun, adapter la structure de la ville au rôle que nous souhaitons jouer, et se donner des solutions à court, moyen et long terme. Détails ici: https://bit.ly/3jgOZqH
Derrière chacun de ces trois dossiers majeurs, il y a des mois ou des années de travail, des centaines et des milliers d'heures des équipes de la ville, d'élus autour de la table du conseil, de partenaires. Vous laissez toutes et tous votre marque dans l'avenir de Gatineau, merci de votre engagement et de votre contribution.

 

Gatineau se retrouve en zone rouge

Gatineau se retrouve en zone rouge et c'est un effort supplémentaire qui est demandé aux citoyens, au milieu économique, au réseau de la santé.

Les mesures applicables au palier d'alerte rouge impliquent, entre autres, que :
- À compter du 15 octobre, aucune activité sportive et de loisirs organisée ne pourra avoir lieu. Les activités individuelles ou en duo seront pour leur part autorisées, dans le respect des consignes sanitaires;
- Les installations sportives intérieures ...telles que les arénas, les centres aquatiques et le centre sportif demeureront ouvertes pour la pratique libre;
- Les installations sportives et récréatives extérieures demeureront également ouvertes pour la pratique libre;
- Les vestiaires seront fermés, à l'exception des toilettes et des vestiaires pour les piscines;
- Les plages horaires pour le patin libre, les bains libres, le badminton, la course intérieure et la marche seront maintenues. Un nombre maximal de 25 participants seront admis. Un système d'inscription en ligne est en élaboration;
- Le hockey libre et le basketball libre sont annulés;
- Les salles de spectacle, les théâtres et les galeries d'art seront fermés;
- Les bibliothèques seront ouvertes, mais seulement pour le prêt sans contact;
- Les bibliothèques seront ouvertes selon les horaires habituels;
- Il ne sera plus possible de bouquiner dans les rayons. Il est recommandé de réserver les documents que vous désirez emprunter et de vous présenter en bibliothèque après avoir reçu un avis de leur disponibilité;
- Les postes Internet en bibliothèque seront fermés;
- Les espaces de lecture et de travail en bibliothèque seront fermés.
*Veuillez noter qu'à l'occasion du congé de l'Action de grâce, le lundi 12 octobre, toutes les bibliothèques seront fermées.

Détails ici: https://bit.ly/33NqOeT

Gel de taxe : une fausse bonne idée pour Gatineau

Certaines villes ont décidé de geler leurs taxes cette année. Elles estiment que c’est à l’avantage de leurs citoyens. Chez nous, à Gatineau, ce serait une très mauvaise idée. D’abord les chiffres :

Un gel de taxe signifierait, pour le propriétaire d’une maison de taille moyenne, une économie de 5 $ par mois. Pour une entreprise propriétaire d’un bâtiment d’une valeur de 1M$, cela signifierait une économie de 10 $ par mois. Le propriétaire d’un bar d’une valeur de 1M$, par exemple, économiserait moins de 150 $ cette année. En comparaison, l’aide gouvernementale s’élève à 15 000 $ par établissement au Québec, uniquement pour le mois d’octobre. Un gel de taxe est donc, pour les petits commerçants propriétaires, un geste fiscal absolument insignifiant. Vous me direz que chaque dollar compte et vous aurez raison... Cependant, à court terme et pour l’avenir, le dollar économisé par le citoyen en 2020, lui coûtera très cher. Pour les citoyens, collectivement, un gel de taxe signifierait des pertes de revenus de 11,5 millions de dollars par année.

En effet, ce qui n’est pas taxé cette année n’entre pas dans le budget des années subséquentes, cette perte se répète donc d’année en année. Un gel de taxe signifierait chez nous une perte de revenus de 115 millions $ sur 10 ans. Il faut le rappeler (même si l’état de nos routes nous le rappelle tous les matins), la Ville a un déficit d’infrastructure de 1,3 milliard $. Nous avons déjà calculé que si les anciennes villes de Hull et de Gatineau avaient taxé leurs citoyens de 2 % pendant 10 ans au lieu de tenter de se rapprocher de zéro pour des raisons essentiellement électorales, nous aurions eu les revenus nécessaires pour que nos routes soient en bon état aujourd’hui. Nous ne ferons pas la même erreur.

À Gatineau, outre notre croissance démographique constante, qui exige un minimum de hausse de taxes (augmentation des services en conséquence), nous avons l’obligation de financer les nouvelles responsabilités qui nous sont régulièrement transférées par Québec. La dernière en date, le financement des terrains des écoles du ministère de l’Éducation, nous coûtera autour de 10M$ dans les prochaines années. Ça aussi il faut le payer.

Oui, nous avons aussi fait un vaste exercice de révision de nos dépenses. Nos conclusions sont que nous avons fait toutes les rationalisations importantes. Dorénavant, les économies significatives à venir découleront d’abord et avant tout de l’utilisation des nouvelles technologies. Si l’on veut des économies immédiates et importantes, il faudra couper dans les services aux citoyens ou ne pas réaliser certains projets d’infrastructure. Je mets au défi les gens qui favorisent cette option de nous dire quels services ou quels projets couper : le déneigement? Les camps de jours? La réfection de certaines rues? Les bibliothèques? Les activités culturelles? Le plan de gestion des pluies diluviennes? C’est une avenue d’autant moins intéressante que, en période de crise économique, les compressions dans les services de l’État ne font qu’empirer la crise.

Pourrions-nous utiliser l’aide reçue des gouvernements fédéral et provincial pour geler les taxes? Tout d’abord, nous ne recevrons cet argent qu’une seule fois et il servira à limiter les effets financiers de la pandémie sur nos budgets, il ne sera plus là pour combler le manque à gagner qui vient avec le gel de taxes. Finalement, on ne peut pas utiliser de l’argent non récurrent (de l’aide ponctuelle), pour faire un choix à long terme (se priver de 11,5M$ par année pour toujours). Ça aussi, ce serait de la mauvaise gestion.

Le choix de Gatineau est donc de refuser le gain politique à court terme pour faire le meilleur choix à long terme. Nous haussons les taxes de manière raisonnable et responsable. Durant les trois dernières années, nous avons haussé les taxes de 2.1%, les hausses les plus faibles depuis la fusion. Ces hausses nous permettent de ne pas pelleter nos problèmes en avant, donc d’augmenter chaque année nos investissements en infrastructures, de faire face à nos obligations de ville en croissance et d’absorber les transferts de responsabilités du gouvernement du Québec, bref, de gérer sainement et avec courage.

 

Itinérance et camping : pourquoi les démantèlements à répétition?

Réponse courte : parce que c’est la seule chose responsable à faire. L’expérience des dernières années à Gatineau – et partout ailleurs dans le monde – démontre que les campings ne sont pas une solution intéressante à l’itinérance, avant tout pour les personnes qui les fréquentent.

La conseillère Renée Amyot a d’ailleurs très bien résumé la situation lors du conseil municipal de mardi soir dernier : « Les démantèlements ne sont pas une stratégie de lutte à l’itinérance, ils sont une réponse à des enjeux de santé et de sécurité publique. Pour moi, ça relève de la pensée magique que de penser qu’un camping où il n’y a pas d’encadrement ni le soir ni la nuit pourrait être une solution gagnante pour les personnes qui y sont. »

Stupéfiants, alcool, risques d’incendie, intimidation, agressions… Tolérer les campings, ça reviendrait à tolérer de placer des personnes déjà fragilisées dans un environnement que l’on sait dangereux.

La suite ici 👇

 http://vivreagatineau.ca/itinerance-et-camping-pourquoi-les-demantelements-a-repetition/?fbclid=IwAR1Z1bpGW28Up3WMzMDizBtiqvTaZ2q5vr3fCay0J2O7eBa6-c8POpalThA

Aide aux municipalités

Je suis heureux et soulagé de l'aide financière de 2,3G$ annoncée par le gouvernement du Québec. L'aide annoncée permettra d'absorber une partie importante des pertes et des dépenses additionnelles assumées par la Ville de Gatineau en raison de la pandémie, alors que les citoyens ont plus que jamais besoin de leurs services de proximité.

Je veux remercier personnellement les ministres Andrée Laforest - Députée de Chicoutimi et François Bonnardel - Député de Granby
pour leur écoute et leur travail au cours des derniers mois.

Réaction complète dans le communiqué: https://bit.ly/308d3VQ

L'Outaouais au niveau d'alerte «orange»

On s’est bien tirés de la première vague au printemps, mais là on s’en va dans le mauvais sens, et on doit se le dire clairement.

Je sais qu’on est capables de grandes choses à Gatineau, et malheureusement, cet automne, on doit le prouver à nouveau. On doit tous être solidaires, s’entraider, et respecter les consignes.

Voir le vidéo 👇

https://www.facebook.com/pedneaudjobin/videos/713255299229937/

 

Les aventures de Max et Jules

23 jours de canot, de pêche, de petits obstacles et de beaux souvenirs avec fiston: ça recharge les batteries.

https://www.ledroit.com/actualites/les-aventures-de-max-et-jules-5e7bc73265b06114609a6d03e337242a?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook&fbclid=IwAR3RtmgCHe9Et1gefh3ZqC2dQ6XKKKHszS--RtJMbmmF9nIG__F5dj855fs

Montréal, Québec et Gatineau ont un message pour vous à l'approche de la fin de semaine.

Il faut redoubler de prudence, on a toutes et tous notre rôle à jouer.

https://www.facebook.com/MTL.ValeriePlante/videos/1713454595479229/

 

Conférence de presse - Logement abordable

Nous faisons le point avec Valérie Plante et Régis Labeaume sur la situation du logement, en direct ici 👇

https://www.facebook.com/MTL.ValeriePlante/videos/364142038076774/