Maxime Pedneaud-Jobin

Maire de la Ville de Gatineau

Discours prononcé lors de la Commémoration citoyenne des victimes de la mosquée de Québec

Voici le discours que j'ai prononcé ce soir à la Commémoration citoyenne des victimes de la mosquée de Québec:

Bonsoir,

Khaled Belkacemi...
Azzeddine Soufiane

Abdelkrim Hassane
Aboubaker Thabti

Mamadou Tanou Barry
Ibrahima Barry

Ce sont les noms des victimes de la tuerie de Québec.

Ils étaient tous pères de famille, ils laissent six veuves et 17 enfants derrières eux.

Leur mort est insensée, injuste, elle nous attriste profondément et elle nous met en colère.

Si la mort de ces six hommes, de ces six pères de famille est insensée elle ne doit pas, en plus, être inutile.

Leur mort nous donne donc, à tous et à toutes, des responsabilités.

Ne pas agir serait leur manquer de respect, manquer de respect à leurs enfants.

Il y a des changements que nous apportons déjà, il y en a que nous devrons apporter encore dans l’avenir.

Aujourd’hui entre en vigueur le registre québécois des armes à feu.
C’est un geste utile.

Avant la fin de cette année, nous aurons terminé la formation de tous les policiers de Gatineau sur les mécanismes de la radicalisation et sur les interventions possibles.
Cela aussi, c’est utile.

Mais s’il est nécessaire d’investir dans la sécurité, elle ne constitue pas une réponse durable au défi auquel nous sommes confrontés. Il nous faut aussi parler de ce que nous sommes les uns et les autres, de nos valeurs, de nos idées, de nos pratiques et du genre de société dans laquelle nous voulons vivre, ensemble, dans l’harmonie et le respect.

En avril, nous tiendrons un premier sommet gatinois sur le vivre ensemble. Ce forum servira à améliorer la connaissance que nous avons des uns et des autres et à améliorer notre culture d’accueil.

Ce ne sera qu’un point de départ, mais je tiens à ce qu’au sortir de ce forum, Gatineau se donne des moyens permanents de favoriser le vivre ensemble, d’assurer un dialogue permanent entre les gatinois et, avec l’aide de tous, les moyens de prévenir les drames.

Comme le député Fergus me le disait récemment, les discours haineux existent, il faut leur répondre, mais leur répondre par notre propre discours, un discours rassembleur qui admets nos différences, qui rejette le repli sur soi, et qui souligne notre volonté de vivre non pas à côté les uns des autres, mais vraiment ensemble.

(en français, puis arabe)

Chers amis, la communauté gatinoise au complet est en deuil. Votre deuil est le nôtre. Ensemble, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que ce drame ait au moins servi à faire de Gatineau une ville meilleure.

Asdiqai Al-Aizza, Inna Mujtama’a Gatineau Bi-Akmalihi Fi Hidad.
Inana noucharikoukoum wa nouwasikoum Hatha Al-Hidad. Thoumma Inana sawfa naf’aal kul ma fi wous’ina lidamani ana hathihi alma’asat qad ja’aalat ‘ala al’aqal min Gatineau madinatan Afdal.

Merci, bon courage.

Les commentaires sont clos