Maxime Pedneaud-Jobin

Maire de la Ville de Gatineau

Rencontre avec le Premier ministre à Aylmer

Rencontre avec le Premier ministre ce matin à Aylmer (merci à l'équipe du British pour son accueil!). Nous avons discuté de plusieurs enjeux, notamment du contenu de la lettre que j'ai envoyé aux chefs de partis en campagne cette semaine, dont voici la copie:

Élections 2018 : vers un plan d’action pour Gatineau et l’Outaouais.

Madame, Messieurs,

Alors que la campagne électorale bat son plein en vue des élections du 1er octobre prochain, je vous écris aujourd’hui pour vous faire part des défis et aspirations de la Ville de Gatineau, mais aussi de la région de l’Outaouais. Notre région a la chance de compter sur des atouts formidables, mais nous vivons aussi des défis importants : année après année, étude après étude, élections après élections, nous constatons que l’Outaouais a du retard en comparaison avec les autres régions du Québec, et ce, en santé, en éducation, en transport, en culture, en exportation de biens et services, etc. Il faut que cela cesse, et pour cela l’Outaouais a besoin de vous.

Bien sûr, les gouvernements qui se sont succédé ont su poser des gestes positifs pour la région, mais malgré les efforts, il se dégage une perception que l’action gouvernementale est essentiellement en réaction par rapport à des enjeux précis, plutôt que d’être en appui à une véritable vision globale. Nous souhaitons donc collaborer avec un gouvernement qui veut des solutions de fond, qui pense à long terme et qui permet à l’Outaouais d’exprimer son plein potentiel et de jouer le rôle qu’elle mérite dans l’avenir du Québec.

Éducation

Il faut mettre fin aux actions à la pièce et déposer rapidement un plan de rattrapage du financement et de l’offre de programme en éducation postsecondaire. Les programmes d’enseignements postsecondaires disponibles en Outaouais ne correspondent ni aux besoins de la région, ni à son poids démographique, et ne lui permettent pas de rapatrier les jeunes qui étudient en Ontario ou ailleurs. Il faut mettre fin à cet exil forcé rapidement.

Santé

Il faut mettre fin aux actions à la pièce et déposer rapidement un plan pour : améliorer l’accès aux soins en Outaouais, rapatrier les patients québécois qui doivent se faire soigner en Ontario et s’assurer que l’Outaouais reçoivent sa juste part des investissements du gouvernement du Québec. Il faudra aussi évaluer l’impact de la réforme en santé sur la vitalité des territoires ruraux de l’Outaouais.

Transport

Nous souhaitons un engagement à financer à 100%, avec l’aide du gouvernement fédéral, notre projet de train léger entre l’ouest de Gatineau et les centres-ville d’Ottawa et de Gatineau.

Il faut aussi repenser le financement des opérations de transport collectif, dont pour l’instant 92 % sont financés par la Ville et les usagers, puisque le gouvernement se limite à financer les infrastructures. À une époque où le transport collectif est un enjeu fondamental, c’est une situation qui doit être modifiée.

Fiscalité : les municipalités sont le moteur de la région
La dépendance des villes à l’impôt foncier a des conséquences néfastes pour les citoyens de Gatineau et de toute la région. Les villes gèrent 60 % des infrastructures publiques et elles ne reçoivent que 8% de l’ensemble des taxes et impôts payés par les citoyens. Résultat? Les infrastructures municipales sont en décrépitudes, aucune ville n’arrive à investir des montants suffisants pour faire un rattrapage aussi nécessaire qu’urgent. De plus, ce déséquilibre fait que les villes négligent certaines autres missions municipales comme le développement social, la culture, l’environnement, les sports, etc.

En mai dernier, lors du Congrès de l’UMQ à Gatineau, vous vous êtes tous engagés à transférer l’équivalent d’un point de TVQ aux villes et à ce que le gouvernement du Québec recommence à payer la totalité de ses taxes foncières. Ce sont là deux engagements qui devront être mis en œuvre le plus rapidement possible, et nous devrons continuer à réinventer la fiscalité municipale ensemble.

D’autres domaines exigent la même attention

Évidemment, d’autres actions sont aussi requises en matière de tourisme, de culture, de diversification économique: la campagne n’est pas terminée et plusieurs organisations s’exprimeront sur les besoins de Gatineau et de la région.

En effet, plusieurs institutions de l’Outaouais exigent la même attention du gouvernement du Québec. Que ce soit nos chambres de commerce, Tourisme Outaouais, Culture Outaouais, la table des préfets, la Coalition Équité Outaouais, l’Alliance pour la cause de l’enseignement supérieur en Outaouais, etc., nous tenons tous le même discours : l’Outaouais veut recevoir sa juste part. Le prochain gouvernement devra adopter un plan d’action pour l’Outaouais qui reconnaît nos forces, notre potentiel, et les domaines où nous avons du rattrapage à faire.

Nous vous remercions à l’avance de prendre le temps de prendre en considération ces revendications importantes pour notre avenir. Gatineau et l’Outaouais ont beaucoup à offrir au reste du Québec, et nous aurons besoin de vous pour la suite des choses.

Je vous offre le meilleur des succès et beaucoup d’énergie pour la suite de la campagne électorale. Veuillez recevoir, Madame, Messieurs, mes salutations distinguées.

  

Les commentaires sont clos