Fraude

Personne n'est à l'abri de la fraude. C'est en se posant les bonnes questions qu'on se protège. Les fraudeurs sont créatifs et trouvent toujours de nouvelles façons de faire. Tous ensemble, c'est sûr, on peut prévenir la fraude!

La fraude consiste en une action malhonnête qui vise à s'approprier un service, un bien ou de l'argent auprès d'une victime en obtenant son consentement par l'usage d'une tromperie, d'un abus de confiance, du mensonge ou tout autre stratagème similaire.

Les fraudeurs ne manquent pas d'imagination lorsque vient le temps de soutirer de l'argent à leurs victimes. Voici quelques stratagèmes utilisés par ces malfaiteurs :

Différents types de fraude

Fraudes en ligne

Le stratagème amoureux

Ce type de fraude commence généralement dans les réseaux sociaux ou encore dans des sites de rencontre. Les fraudeurs ciblent alors des individus à la recherche de l'âme sœur et gagnent l'affection et la confiance de leurs victimes au fils des échanges qui peuvent s'échelonner sur une longue période. Le fraudeur utilise ensuite différentes tactiques afin de soutirer de l'argent à sa victime, soit en lui demandant des transferts bancaires ou en accédant directement à ses comptes personnels. Dans certains cas, les fraudeurs parviennent même à convaincre leurs victimes de commettre une fraude à leur place en acceptant de transférer de l'argent ou des biens reçus de la part de ces derniers.

Comment détecter ce type de fraude et comment se protéger

  • Questionnez-vous. Par exemple : est-ce qu'une personne que je n'ai jamais rencontrée peut tomber amoureuse de moi?
  • Faites une courte recherche d'images dans Internet avec les photos de votre correspondant ou correspondante afin de voir si elles semblent avoir été subtilisées à un autre profil existant ou si elles proviennent de banques d'images disponibles en ligne.
  • Si votre correspondant trouve toujours des excuses afin de ne pas pouvoir se présenter aux rendez-vous que vous vous êtes fixés, méfiez-vous.
  • Soyez à l'affût des erreurs ou des incohérences dans vos échanges. Comme ces fraudeurs exploitent généralement plus d'une victime à la fois, ils commettent bien souvent de faux pas.
  • N'acceptez jamais de transférer de l'argent à une personne que vous n'avez jamais rencontrée en personne.
  • N'acceptez jamais de retransférer des fonds pour une personne que vous n'avez jamais rencontrée.
  • Ne communiquez aucun renseignement personnel ou bancaire à cette personne.
  • N'envoyez jamais de vidéos ou de photos intimes de vous à cette personne, car elle pourrait les utiliser pour tenter de vous soutirer de l'argent. Pour plus de renseignements sur le sujet, consultez la section sur la sextorsion.

Le harponnage (fraude à la location immobilière)

On appelle harponnage lorsque les fraudeurs créent de fausses annonces à partir d'annonces légitimes qu'ils trouvent en ligne. Comme les offres sont généralement très alléchantes, les victimes contactent directement les fraudeurs pour manifester leur intérêt face à un article ou à un logement affiché dans l'une de leurs publications dans Internet. Le fraudeur indique être à l'extérieur du pays et désigne une autre personne, l'intermédiaire, pour effectuer la transaction. L'intermédiaire devant se déplacer pour conclure la transaction, le fraudeur demande un acompte aux victimes. Cela vise alors à démontrer le sérieux de la démarche. L'acompte est versé à l'aide d'un transfert électronique de fonds de type E. Transfer protégé par un mot de passe inconnu du fraudeur. Quelques jours avant le rendez-vous fixé avec l'intermédiaire, le fraudeur contacte la victime affirmant n'avoir rien reçu. Il lui demande de vérifier le statut du transfert électronique de fonds avec un courriel. La victime clique alors sur un lien compris dans le courriel, ce qui libère les fonds sans que le mot de passe soit nécessaire.

Comment détecter ce type de fraude et comment se protéger

  • Faites une recherche rapide dans Internet afin de voir si le logement ou la maison auquel vous être intéressé fait l'objet d'une autre annonce.
  • Si possible, rendez-vous directement à l'adresse et regardez si le logement est effectivement libre ou s'il y a une pancarte de propriété à vendre installée sur le parterre.
  • Exigez de pouvoir consulter un bail et étudiez-le attentivement.
  • N'acceptez jamais d'envoyer de l'argent avant d'avoir rencontré la personne et vu le logement en question.
  • Ne donnez jamais de renseignements personnels.

Escroquerie : Gagnant du prix

Les fraudeurs contactent leurs victimes par téléphone, par courriel ou encore par l'entremise des réseaux sociaux pour les informer qu'ils ont gagné un prix. Afin de pouvoir le réclamer, les fraudeurs exigent le paiement de divers frais d'un montant peu élevé. La victime accepte donc de fournir ses renseignements bancaires, mais ne reçoit évidemment jamais le prix annoncé. Les renseignements bancaires de la victime en main, les fraudeurs sont alors en mesure de prendre le contrôle sur les divers comptes de leurs victimes.

Comment détecter ce type de fraude et comment se protéger

Les entreprises de loteries et de tirages bien connues du public ne demandent jamais de frais afin de récolter un prix gagné, encore moins par le biais de compagnie de transfert de fonds comme MoneyGram ou Western Union.

  • Questionnez-vous. Par exemple : ai-je participé à un concours pour gagner un tel prix?
  • N'acceptez jamais de donner des renseignements personnels ou bancaires à une personne prétendant que vous avez gagné un prix.
  • Au Canada, aucuns frais ni taxes ne s'appliquent sur les prix remportés. Ainsi, si vous avez réellement gagné quelque chose, vous ne devriez pas avoir à débourser des frais.

Hameçonnage

Ce type de stratagème vise un large bassin de victimes. Il tire son nom du fait que les fraudeurs utilisent des courriels frauduleux dans le but « d'appâter » leurs victimes, comme à la pêche.

Ainsi, des courriels frauduleux aux allures légitimes sont envoyés aux victimes. Ceux-ci contiennent souvent des hyperliens qui renvoient l'internaute sur une page qui semble identique à celle de l'organisation légitime qu'elle prétend représenter (souvent des établissements bancaires). Les courriels demandent généralement aux victimes de confirmer divers renseignements nominatifs ainsi que des données personnelles concernant leurs comptes bancaires et leurs accès sécurisés en ligne comme leur mot de passe. Ces hyperliens sont en fait des répliques qui servent à enregistrer l'ensemble des données fournies par les victimes pour subtiliser de l'argent à l'aide des données bancaires ou encore commettre d'autres types de fraudes en utilisant l'identité des victimes.

Comment détecter ce type de fraude et comment se protéger

Les établissements bancaires ne demandent jamais de renseignements personnels à leurs clients par courriel. Elles communiquent avec eux par téléphone ou par la poste et s'adressent à eux par leur nom parce qu'elles disposent déjà de toutes leurs coordonnées.

  • Le courriel vous est-il adressé directement ou commence-t-il par « Monsieur » ou « Madame »?
  • Le courriel contient-il des fautes d'orthographe ou de mise en forme? Si oui, méfiez-vous.
  • Vérifiez la barre de navigation supérieure dans laquelle se trouve l'adresse. S'il s'agit d'un site sécurisé, celle-ci devrait débuter par « https », le « s » signifiant « sécurité ».
  • Vérifiez l'adresse de courriel de l'expéditeur afin de voir si elle semble légitime. Les fraudeurs utilisent souvent des adresses génériques octroyées par de grands fournisseurs.
  • Contactez votre établissement bancaire afin de valider les renseignements auprès d'eux.

Escroquerie d'habillage de voiture

Les fraudeurs contactent leurs victimes généralement par courriel et leur mentionnent qu'ils peuvent gagner un certain montant d'argent (de 300 $ à 500 $) s'ils acceptent d'habiller leurs véhicules aux couleurs de la compagnie qu'ils affirment représenter. Le courriel comprend une adresse de courriel à laquelle les « personnes intéressées » peuvent répondre pour « s'engager ». Les victimes reçoivent ensuite un courriel d'instruction et un contrat. Elles reçoivent ensuite un chèque par la poste qu'elles doivent déposer afin de payer divers frais dont certains supposément liés à la conception graphique des logos à apposer sur le véhicule. À la suite du dépôt du chèque, les victimes apprennent que celui-ci était contrefait et se retrouvent, malgré elles, responsables des fonds retirés.

Comment détecter ce type de fraude et comment se protéger

  • Ne répondez jamais à des courriels ou des messages textes non sollicités.
  • Questionnez-vous. Par exemple : lorsqu'on nous propose de faire de l'argent sans avoir à fournir de réels efforts, il s'agit bien souvent d'une escroquerie.
  • Contactez la compagnie prétendant faire ce type de publicité afin de valider les renseignements auprès d'eux.

Contravention frauduleuse

La victime reçoit un courriel qui semble provenir d'une autorité légale. Ce courriel mentionne qu'elle a été prise en infraction au volant de sa voiture et exige un paiement immédiat. Afin de berner leurs potentielles victimes, les fraudeurs prennent soin d'utiliser le nom d'organisations policières légitimes et d'y inscrire divers détails concernant l'infraction, dont la date, l'heure ainsi que le numéro du constat d'infraction.

La victime est alors invitée à régler sa contravention directement en ligne suivant un hyperlien inséré à même le courriel d'avis. Une fois l'hyperlien suivi, on demande à la victime de fournir différents renseignements personnels et bancaires.

Il arrive que le courriel promette également de fournir un fichier vidéo de l'infraction une fois l'amende payée. Ce fichier se présente généralement sous une forme de fichier ZIP qui, une fois ouvert, peut infecter l'ordinateur de la victime.

Comment détecter ce type de fraude et comment se protéger

Si un constat d'infraction n'est pas remis en main propre, il sera transmis par la poste, jamais par courriel.

  • Le courriel vous est-il adressé directement ou commence-t-il par « Monsieur » ou « Madame »?
  • Le courriel contient-il des fautes d'orthographe ou de mise en forme? Si oui, méfiez-vous!
  • Évitez d'ouvrir les pièces jointes se trouvant dans des courriels dont la source vous est inconnue, surtout s'il s'agit de fichier en format ZIP.
  • Vérifiez la barre de navigation supérieure dans laquelle se trouve l'adresse. S'il s'agit d'un site sécurisé, celle-ci devrait débuter par « https », le « s » signifiant « sécurité ».
  • Vérifiez l'adresse de courriel de l'expéditeur afin de voir si elle semble légitime. Les fraudeurs utilisent souvent des adresses génériques octroyées par de grands fournisseurs.
  • Dans le doute, contactez le SPVG au 819 246-0222 ou votre service de police local.

Fraude par rançongiciel

Ce type de fraude se propage généralement par l'entremise de pièces jointes de courriel ou encore par le biais de « réseaux zombies ». Lorsque la victime ouvre le fichier malveillant, celui-ci commence immédiatement un cryptage des systèmes et de différents dossiers de l'ordinateur, ce qui empêche ensuite le propriétaire légitime d'y accéder. Le « maliciel » affecte l'ensemble de l'appareil en y recherchant divers dossiers, dont ceux contenant des données numériques.

Le fraudeur exige ensuite un certain montant d'argent à la victime afin qu'elle puisse retrouver le contrôle de son ordinateur et de son contenu. Malheureusement, le paiement de cette somme ne garantit aucunement à la victime que le fraudeur tiendra parole et qu'il déverrouillera vraiment l'ordinateur une fois l'argent reçu.

Comment détecter ce type de fraude et comment se protéger

  • Évitez de cliquer sur des hyperliens ou d'ouvrir les pièces jointes se trouvant dans des courriels dont la source vous est inconnue, surtout s'il s'agit de fichier en format ZIP.
  • Assurez-vous d'avoir un bon logiciel antivirus sur votre ordinateur et effectuez régulièrement des vérifications complètes de votre appareil afin de détecter la présence de « maliciels ».
  • Effectuez régulièrement des copies de secours de vos fichiers et conservez-les précieusement sur des CD/DVD ou encore sur un disque dur externe.
  • Si vous conservez des renseignements personnels dans vos fichiers, assurez-vous de ne pas les identifier comme tels. Un fichier nommé « Mots de passe » sera rapidement repéré par des fraudeurs.
  • Assurez-vous que votre système d'exploitation ainsi que vos logiciels sont à jour.

Escroquerie à l'héritage

Dans ce stratagème frauduleux, la victime reçoit un courriel (parfois une lettre par la poste) l'informant du décès d'un parent éloigné. Celui-ci lui aurait légué une fortune considérable et pour y avoir accès, la victime doit seulement payer quelques frais initiaux. Une fois les fonds transférés, la victime ne reçoit bien évidemment pas le montant d'argent promis.

Il existe également une variante à cette escroquerie où une personne inconnue contacte la victime pour lui demander de lui avancer l'argent des frais exigés afin de pouvoir toucher un important héritage. Pour amadouer sa victime, le fraudeur lui promet alors de lui verser une partie de la somme attendue (souvent un montant d'argent important) si elle accepte de l'aider.

Comment détecter ce type de fraude et comment se protéger

  • Les successions légitimes ne recherchent pas de curateurs par le biais de courriels.
  • Questionnez-vous. Par exemple : lorsqu'on vous propose de gagner de l'argent sans avoir à fournir de réels efforts, il s'agit bien souvent d'une escroquerie.
  • Ne fournissez jamais de renseignements personnels ou bancaires à une personne sollicitant votre aide pour toucher un important héritage.

Fraudes par téléphone

Stratagème du besoin urgent d'argent ou « fraude des grands-parents »

Comme pour plusieurs autres stratagèmes, ici, les fraudeurs utilisent la notion d'urgence pour pousser leurs victimes à leur fournir rapidement un certain montant d'argent. Un premier individu contacte tout d'abord la victime, une personne âgée, et se fait passer pour quelqu'un qu'elle connaît bien, bien souvent son petit-fils. Celui-ci lui explique qu'il a eu un grave accident ou encore qu'il a été arrêté par la police et indique qu'il a rapidement besoin d'argent. Il demande également à sa victime de ne pas contacter ses parents expliquant qu'ils seraient très fâchés de la situation. Le fraudeur indique alors qu'un ami à lui ou encore son avocat contactera la victime pour aller chercher l'argent. Jouant sur l'urgence et sur les sentiments de la victime, les fraudeurs réussissent ainsi à soutirer de l'argent à leurs victimes.

Comment détecter ce type de fraude et comment se protéger

  • Posez des questions à votre interlocuteur afin de valider son identité. Ces questions doivent être assez précises ou personnelles pour faire en sorte que le fraudeur ne soit pas en mesure d'en deviner les réponses.
  • Effectuez des vérifications. Si cette personne dit être un membre de votre famille, tentez vous-même de joindre cette personne en utilisant les numéros de téléphone que vous utilisez habituellement pour les joindre.
  • Ne transférez pas d'argent.
  • Ne fournissez jamais de renseignements personnels ou bancaires, même si votre interlocuteur dit vous connaître.
  • Dans le doute, raccrochez et contactez le SPVG au 819 246-0222 ou votre service de police local.

Fraude à l'impôt

La victime reçoit un appel (parfois un message texte) d'une personne disant travailler pour l'Agence du revenu du Canada (ARC). L'interlocuteur lui indique que certaines vérifications ont été effectuées et que celles-ci ont révélé des impôts non payés. Le fraudeur indique alors à la victime qu'elle doit rembourser les sommes dues le plus rapidement possible sans quoi une amende supplémentaire pourrait être imposée en plus de la délivrance d'un mandat d'arrestation.

Afin de payer les comptes en souffrance, le fraudeur exige que la victime achète des cartes prépayées iTunes de valeur correspondante, de les activer et de lui transmettre les codes qui se trouvent au verso.

Si la victime ne répond pas à son téléphone lors de l'appel, certains fraudeurs vont même jusqu'à laisser un message demandant de les contacter de toute urgence sans quoi un mandat d'arrestation pourrait être délivré à leur endroit.

Comment détecter ce type de fraude et comment se protéger

L'Agence de revenu du Canada ne demande jamais de payer avec des cartes de crédit prépayées ou tout autre type de cartes prépayées. Elle ne demande jamais de renseignements sur les passeports, les cartes de santé ou encore les permis de conduire. Elle ne laissera jamais de messages vocaux contenant des renseignements personnels, pas plus qu'elle demandera aux contribuables de laisser un message contenant des renseignements personnels les concernant.

  • Questionnez-vous. Par exemple :
    • Ai-je des impôts impayés?
    • L'ARC a-t-elle des raisons d'entrer en contact avec moi?
    • Me demande-t-on des renseignements personnels?
    • Donnerais-je ces renseignements habituellement?
  • Contactez l'ARC directement afin de valider les renseignements.

Fraude en matière d'immigration

Il s'agit d'une variante de la fraude à l'impôt. Ici, le fraudeur exige le paiement des sommes dues sans quoi la victime pourrait perdre son statut de résidence et être retournée dans son pays d'origine.

Les agences gouvernementales ne demandent jamais de payer avec des cartes de crédit prépayées ou tout autre type de cartes prépayées. Elles ne demanderont jamais de renseignements sur les passeports, les cartes de santé ou encore les permis de conduire. Elles ne laisseront jamais de messages vocaux contenant des renseignements personnels, pas plus qu'elles demanderont aux contribuables de laisser un message contenant des renseignements personnels les concernant.

  • Questionnez-vous. Par exemple :
    • Ai-je des impôts impayés? Est-ce que toutes mes choses sont en ordre en ce qui concerne mon statut d'immigration?
    • Une agence gouvernementale a-t-elle des raisons d'entrer en contact avec moi?
    • Me demande-t-on des renseignements personnels?
    • Donnerais-je ces renseignements habituellement?
  • Contactez l'agence gouvernementale en question directement afin de valider les renseignements.

Les faux techniciens informatiques

Dans ce stratagème, la victime reçoit un appel d'une personne disant être un employé d'une entreprise informatique légitime et reconnue. Celui-ci informe la victime qu'il détient des renseignements, à savoir que son ordinateur serait infecté par un virus et qu'il doit y accéder à distance pour intervenir. La victime lui donne alors accès à son ordinateur, ce qui permet au fraudeur d'accéder à différents fichiers. Il exige ensuite un paiement pour le service rendu et demande le numéro de carte de crédit de la victime.

Comment détecter ce type de fraude, comment se protéger

  • Questionnez-vous. Par exemple : mon ordinateur est-il muni d'un antivirus? Ai-je reçu une alerte?
  • Ne donnez jamais accès à distance à votre ordinateur, peu importe la raison donnée.
  • Dans le doute, raccrochez et contactez le SPVG au 819 246-0222 ou votre service de police local.

Fraudes en personne

Fraude du porte-à-porte ou fraude de services

Dans ce type de fraude, les fraudeurs effectuent du porte-à-porte afin de collecter des fonds au nom d'organisations légitimes sans en avoir obtenu l'autorisation. Il peut également s'agir d'offres de service concernant de l'entretien paysager ou encore l'entretien de chauffe-eau, par exemple. Les victimes sont amenées à signer des contrats ou encore à fournir un montant d'argent à l'avance et ne reçoivent finalement jamais les services vendus.

Comment détecter ce type de fraude et comment se protéger

  • Demandez à voir une autorisation de sollicitation de la part de l'organisme pour lequel l'individu dit amasser des fonds ou demandez à voir un permis l'autorisant à faire de la sollicitation en porte-à-porte.
  • Contactez directement l'organisme pour lequel l'individu affirme amasser des fonds ou la compagnie pour laquelle l'individu dit travailler afin de valider les renseignements.
  • Demandez des références au travailleur vous offrant ses services et dites-lui que vous le rappellerez une fois que vous aurez fait des vérifications.
  • Dans le doute, ne donnez pas d'argent et ne signez aucun contrat. Contactez le SPVG au 819 246-0222 ou votre service de police local.

Fraudes visant les commerçants

L'entrée manuelle de numéros de carte de crédit

Les fraudeurs se présentent au comptoir avec divers articles qu'ils désirent acheter. Ils demandent ensuite à payer à l'aide d'une carte de crédit ou de débit. Le commis prépare le terminal de paiement et tend celui-ci au fraudeur afin qu'il conclue la transaction.

Les fraudeurs profitent ici du fait que certains commerçants, par politesse et par éthique, ne manipulent pas les cartes des clients tout comme ils ne regardent pas directement les actions que fait le client sur le clavier. Ainsi, le fraudeur feint d'entrer la carte dans le lecteur de puce et entre plutôt manuellement le numéro d'une carte de crédit volée ou clonée à même le clavier du terminal. La transaction terminée, il remet le terminal au commis et quitte les lieux avec ses achats.

Bien souvent, le commis ne se rend compte de l'escroquerie que bien plus tard. Malheureusement, comme l'entrée a été effectuée manuellement, le commerçant est tenu responsable et doit assumer la perte.

Comment détecter ce type de fraude et comment se protéger

  • Soyez attentif aux manipulations du terminal par le client. Un numéro d'identification personnel (NIP) contient généralement de quatre à six chiffres. Si le client semble entrer un plus grand nombre de chiffres, annulez la transaction et récupérez le terminal.

L'échange d'argent

Le fraudeur se présente au comptoir et demande à obtenir « du change » pour un billet d'un montant élevé, souvent un ou des billets de 100 $. Le fraudeur multiplie les opérations de façon à créer la confusion chez le commis. Par les nombreuses manipulations effectuées, le fraudeur parvient à quitter les lieux avec plus que la valeur initiale du billet qu'il tentait de changer.

Comment détecter ce type de fraude et comment se protéger

  • Lorsque vous échangez des valeurs financières, ne laissez jamais le client manipuler l'argent.
  • Lorsqu'un client vous demande d'échanger de l'argent, demandez-lui exactement quelles coupures il désire et comptez vous-même l'argent devant le client.
  • Si le client vous demande d'effectuer une série d'opérations, méfiez-vous.

Le collectionneur

Le fraudeur entre dans un commerce et se rend au comptoir. Il discute avec le commis et prétend collectionner les billets de banque. Il indique s'intéresser à une série en particulier et demande au commis s'il peut voir les billets dans sa caisse pour regarder les numéros de série. Le commis accepte et laisse le fraudeur observer les billets.

Lors de la manipulation, le fraudeur parvient à subtiliser quelques billets et remet ensuite la pile de billets au commis lui indiquant qu'aucun billet de la série qu'il recherche ne se trouve dans sa caisse. Il quitte ensuite les lieux.

Comment détecter ce type de fraude et comment se protéger

  • Ne laissez jamais le client manipuler les billets. Demandez-lui les numéros qu'il recherche et vérifiez vous-même.
  • Si le client insiste, informez votre supérieur ou contactez le SPVG au 819 246-0222 ou votre service de police local.

L'échange de terminal de point de vente

Les fraudeurs se présentent dans un commerce et s'entretiennent avec l'employé. Pendant que certains d'entre eux distraient le commis, un autre échange le terminal de point de vente pour un autre semblable qui sera en mesure d'enregistrer les données des cartes qui y seront insérées.

Les fraudeurs reviennent quelques jours plus tard et utilisent le même stratagème pour échanger de nouveau les terminaux et quitter les lieux avec le terminal contenant les renseignements.

Comment détecter ce type de fraude et comment se protéger

  • Ne laissez jamais les terminaux de point de vente à la vue et sans surveillance.
  • Si possible, fixez les terminaux à un objet solide (comptoir, socle prévu à cet effet, etc.)
  • Prenez le numéro de série de vos terminaux en note et vérifiez-les régulièrement pour vous assurer qu'ils n'ont pas été échangés pour des dispositifs frauduleux.
  • Vérifiez fréquemment vos terminaux afin de voir s'ils semblent avoir subi des altérations.

Que faire si vous êtes victimes de fraude

  • Portez plainte auprès de votre Service de police local
  • Si vous avez fourni vos renseignements bancaires, contactez votre établissement bancaire sans tarder afin de faire annuler vos cartes.
  • Si vous avez fourni des renseignements personnels, contactez Équifax (1 800 465-7166) et TransUnion (1 877 713-3393) pour placer une alerte sur votre nom.
  • Signalez l'incident auprès du Centre antifraude du Canada par téléphone (1 888 495-8501) ou en ligne.

Que faire si vous êtes victime d'une tentative de fraude

  • Signalez l'incident auprès du SPVG au 819 246-0222 ou de votre service de police local.
  • Signalez l'incident auprès du Centre antifraude du Canada par téléphone au 1 888 495-8501 ou en ligne.

Liens connexes utiles

Haut de la page