Rapport des faits saillants du rapport financier

Allocution du maire sur le rapport des faits saillants du rapport financier à l'occasion de la séance du conseil municipal du 12 juin 2018

Seul le texte lu fait foi.

Bonsoir Mesdames,
Bonsoir Messieurs,

Depuis plusieurs années, la Loi sur les cités et villes exigeait que nous présentions un rapport sur la situation financière de la Ville au conseil municipal d'octobre, précédent le dépôt du budget. Dans la foulée des discussions sur l'autonomie municipale, nous réclamions la possibilité de nous dispenser de cette étape puisqu'elle dédoublait ce que nous faisions déjà au moment de l'adoption du budget et que c'était une obligation légale issue d'une époque où les villes n'étaient pas aussi transparentes qu'aujourd'hui. Avec ses quatre jours de discussions budgétaires en public, Gatineau fait déjà beaucoup plus que la plupart des villes du Québec dans ce domaine, et ce, depuis longtemps.

La loi sur l'autonomie municipale adoptée l'été dernier remplace cette obligation par la nécessité pour le maire, lors d'une séance du conseil municipal du mois de juin, de faire rapport des faits saillants du rapport financier, du rapport du vérificateur général et du rapport du vérificateur externe. C'est donc ce que je ferai ce soir.

La santé financière de la Ville est bonne, comme en témoigne le rapport d'audit favorable sans aucune réserve de la part de l'auditeur indépendant et de la vérificatrice générale.

Tel qu'annoncé il y a quelques semaines, nous avons réalisé un surplus net de 6,9 millions de dollars, très près de la cible que nous nous étions fixée, à 6,5 M$. C'est un chiffre relativement petit quand on l'analyse à l'échelle d'un budget total de près de 600 millions. Compte tenu du fait que la loi nous interdit de faire un déficit, c'est aussi un résultat qui témoigne de la rigueur et de la prudence qui caractérisent notre exercice budgétaire.

Parmi les faits saillants de l'année 2017, il y a évidemment les inondations historiques qui auront coûté 4,9 M$ à la ville, total duquel nous devons retrancher des subventions provinciales d'autour de 2,7 M$. Une partie du surplus servira d'ailleurs à renflouer la réserve pour les opérations de terrains (2 M$) qui a été utilisée en partie pour défrayer les coûts des opérations liées aux inondations. C'est un exemple parfait de l'utilité des réserves qui nous permettent de faire face à des événements imprévus avec rapidité et agilité comme organisation, en plus d'assurer notre stabilité financière dans le temps.

En matière de gestion de la dette, les indicateurs sont tous maîtrisés malgré une hausse de la dette en 2017. Nous maintenons notre philosophie de recourir à la dette uniquement dans la réalisation de projets d'infrastructures importants pour nos communautés.

Par ailleurs, même si ce n'est pas un élément qui aura un impact immédiat sur nos états financiers, il faut absolument mentionner l'engagement historique pris par le premier ministre Couillard, suivi par les chefs de tous les partis politiques représentés à l'Assemblée nationale, d'attribuer, dans l'avenir proche, les revenus d'un point de TVQ aux municipalités du Québec. C'est une mesure qui a tout le potentiel de transformer profondément la fiscalité municipale. Nous le savons, la taxe foncière est lourde à porter pour certains de nos contribuables, elle n'est plus adaptée à l'économie d'aujourd'hui, une économie qui demande de moins en moins d'édifices commerciaux, et elle n'est pas adaptée non plus à des villes qui consacrent une grande partie de leurs investissements aux services à la personne. Les montants perçus grâce au point de TVQ nous seraient remis inconditionnellement. La croissance régulière de l'assiette fiscale de la TVQ aurait donc, à terme, un impact déterminant sur les finances de Gatineau et de toutes les villes du Québec.

Beaucoup reste à faire évidemment, mais peu importe qui formera le prochain gouvernement en octobre, des négociations seront entamées rapidement pour concrétiser cet engagement unanime. Le fait que cette avancée majeure ait pris place à Gatineau, lors du congrès de l'UMQ de mai dernier, rappelle aussi la place et l'importance qu'a prises Gatineau dans cette lutte pour renforcer l'autonomie et réformer la fiscalité municipale depuis quelques années. Je suis très fier du rôle que nous y avons joué, et le travail se poursuivra dès l'élection du prochain gouvernement.

Merci et bonne soirée.

Haut de la page