Circuit pédestre Des Hautes-Plaines au Vieux-Port

Circuit pédestre Des Hautes-Plaines au Vieux-Port

Sur les traces de collines, de mines, de villages et d'œuvres d'art

Un glacier de deux kilomètres d'épaisseur recouvrait autrefois la région. Après sa fonte, il y a environ 10 000 ans, la rivière Gatineau se jetait dans la rivière des Outaouais en formant un delta qui s'étendait entre le collège Saint-Alexandre de la Gatineau, le boulevard La Vérendrye et l'avenue Gatineau. Les ruisseaux Meech et Leamy, beaucoup plus larges qu'aujourd'hui, découpaient la longue bande de terre que nous appelons les Hautes-Plaines et son prolongement, le Dôme. Les collines du parc des Pins et du Dôme servaient de rivage à la rivière des Outaouais.

Beaucoup plus tard, durant la première moitié du XXe siècle, ces collines faisaient le bonheur des skieurs de la région. Pour se rendre au Dôme, ils empruntaient le train qui s'arrêtait à la gare du chemin Freeman. D'autres descendaient du tramway au coin des rues Gamelin et Fortier et faisaient le reste du chemin à skis.

Ironside a été fondé, au carrefour du boulevard Saint-Joseph et du chemin Freeman, par la compagnie minière qui exploitait deux mines de fer à l'autre bout du chemin Freeman, dans l'actuel parc de la Gatineau. Cette agglomération a compté jusqu'à une cinquantaine de maisons et de fermes, en plus des installations de la compagnie minière et d'autres entreprises, avec ses écoles, ses hôtels, sa chapelle et ses magasins généraux.

La plupart des cultivateurs encore actifs dans les années 1960 sont arrivés après le grand incendie de forêt de 1870. On compte parmi eux les Murtagh (1851), les Freeman (1872) ainsi que les Hammond, les Steele et les Desjardins (fin du XIXe siècle). Les principales familles de non-cultivateurs encore présentes au XXe siècle étaient celles des Marengère et des Lévesque (fin du XIXe siècle).

Si les noms domaine du Vieux-Port et faubourg du Vieux-Port vous laissent perplexes, sachez qu'un port existait dans cette partie du quartier. On y a expédié vers l'Ohio et la Pennsylvanie, à partir du milieu des années 1800, le minerai extrait des deux mines susmentionnées. D'ailleurs, des traces d'un quai de chargement de minerai et de maisons de mineurs détruites par l'incendie de 1870 y sont encore visibles. S'ajoutent à ces empreintes du passé des traces récentes laissées par des artistes comme autant de témoignages d'une intégration de l'art à l'histoire.

En suivant ce parcours, à pied ou à vélo, vous découvrirez les trésors cachés de notre histoire et l'influence du passé sur notre milieu de vie. Nous espérons que cette expérience vous incitera à préserver notre patrimoine et à le mettre en valeur en vous rappelant qu'il est constitué de jalons qui s'additionnent avec les ans et qui forment une chaîne vivante qui s'enrichit sans cesse de l'apport de chaque génération.

Bonne découverte!

Mireille Apollon, conseillère municipale
District de l'Orée-du-Parc

Coordination : Christiane Théberge
Recherche et rédaction : Gilles Lachance
Collaboration : Sonia Blouin, Ville de Gatineau
Révision : Michel Bédard, Ville de Gatineau
Cartographie : Charles Villeneuve, La Cartographie informatisée de l'Outaouais inc.
Conception : desrosiersdesign.com
Photos : Ville de Gatineau, Fonds du Service des arts et de la culture de la Ville de Hull, H015
Photos 4 et 15 : Christiane Théberge
Photo 5 : Herbert Marshall, History of the Ottawa Ski Club
Photo 10a : Parcs Canada/catalogue 310 (secteur du nord)
Photo 10b : Ressources naturelles Canada, photographie aérienne, numéro A2176-48

Haut de la page