Circuit pédestre Masson plaque tournante du bois

Circuit pédestre Masson, plaque tournante du bois

L'embouchure d'une grande rivière se jetant dans l'autoroute du commerce qu'était autrefois l'Outaouais ou encore un rapide forçant le portage était le site idéal pour installer un comptoir de traite des fourrures. Il n'est donc pas surprenant d'apprendre qu'un petit fort existait à l'entrée de la rivière du Lièvre, sur sa rive est, au début du Régime anglais. Il n'y était toutefois plus au moment de la rivalité des compagnies du Nord-Ouest et de la baie d'Hudson vers 1800.

Aux confluents toujours sont nés des ports d'où était expédié le bois. Le cas de Masson, à l'embouchure de la rivière du Lièvre, est original, car les sites industriels où l'on transformait le bois à expédier étaient à Buckingham, plus en amont, au contraire d'une ville comme Hull qui concentrait installations portuaires et scieries. L'effervescence qui a donné naissance au village à la fin du XIXe siècle est due à la forme que prend la rivière du Lièvre à cet endroit, créant un large bassin tranquille.

Idéal pour flotter et assembler le bois des cages à l'époque du bois équarri, le bassin, qui donne son premier nom à l'agglomération, deviendra ensuite un havre naturel pour les barges sur lesquelles on empile le bois scié séché, puis expédié vers l'est ou aux États-Unis. Masson ─ d'abord appelé Le Bassin ─ verra son rôle de plaque tournante renforcé par l'arrivée du chemin de fer : le relief abrupt empêchant la construction d'une ligne ferroviaire le long de la rivière du Lièvre, Masson est la station principale de cette région.

Village créé par une population ouvrière saisonnière et vulnérable aux aléas économiques, Masson connaîtra un deuxième souffle avec la construction d'une usine de papier et d'une centrale hydroélectrique. La manne apportée par ces géants permettra au village de survivre à l'incendie qui le dévastera en 1930.

Coordination : Sonia Blouin, Ville de Gatineau
Rédaction : Manon Leroux, historienne
Recherche : Gérald Charron, Manon Leroux et Michel Riberdy
Révision : Michel Bédard, Ville de Gatineau
Photos : Ville de Gatineau
Photo 4 : Les commerces et entreprises de chez nous, fascicule du centenaire de la paroisse Notre-Dame-des-Neiges de Masson, no 11, 1989
Photo 10 : Les Servantes de Jésus-Marie
Photo 11 : Société d'histoire de Buckingham, collection Jean-Bastien

Bibliothèque et Archives nationales du Québec
BAnQ-Gatineau, fonds James Maclaren Company, photos Rodolphe Léger
Photo 1 : Les cours à bois du « Bassin » à Masson et l'église Notre-Dame-des-Neiges en arrière-plan, vers 1890 (P117, S1, SS1, D28, P24)
Photo 2 : Transport et entreposage du bois, en billots ou scié, sur la rivière du Lièvre, vers 1890 (P117, S1, SS1, SSS2, D3, P1)

Haut de la page