Maxime Pedneaud-Jobin

Maire de la Ville de Gatineau

Jour 214 (24 octobre)

Matinée consacrée à la préparation du budget. Tout l'exécutif y est. Notre objectif est de faire des propositions au conseil pour que les enjeux soient bien présentés et que les décisions soient claires. Départ pour le golf Le Sorcier où nous rencontrons le président du conseil du trésor et ministre responsable de la révision des programmes du Québec, monsieur Martin Coiteux. Je suis à sa table, avec la ministre Vallée, la présidente de la CRÉO, madame Lalande, le président de la Chambre de commerce, monsieur Antoine Normand ainsi que monsieur Jean Vaillancourt, recteur de l'UQO. Nous avons un message commun pour le ministre : le rattrapage à faire en santé et en éducation en Outaouais n'est pas un enjeu régional, c'est un enjeu Québécois. Quarante pour cent des citoyens de l'Outaouais qui font leur éducation postsecondaire en Ontario ne peuvent même pas revenir travailler au Québec, c'est une fuite de cerveaux qui affecte tout le Québec, il faut y mettre fin en développant des programmes chez nous. Je quitte la rencontre avant la fin pour aller à la mosquée d'Aylmer. Des événements comme ceux de cette semaine provoquent parfois un ressac envers  les communautés musulmanes, pourtant les crimes odieux qui ont été commis relèvent de la folie, du fanatisme, mais pas de la religion. La communauté musulmane de Gatineau est aussi révoltée et dénonce ces gestes avec autant de force que le reste des Gatinois. Les criminels sont ceux qui tuent, pas ceux qui prient.

Les commentaires sont clos