Ville de Gatineau
Art galleries and exhibits
Skip to main content
Art galleries and exhibits
Art galleries and exhibits

In this page

See also

The content of this page is available only in French. A machine-translated version (without any human intervention) is available by using Google Translate. Gatineau is not responsible for the linguistic quality of the translations or the technical quality of their content, nor of any of the possible problems, direct or indirect, that could be raised as a consequence of its use by the readers.

Galerie Montcalm

Pression atmosphérique

Du 26 août au 10 octobre 2021

Exposition

En raison de son comportement alimentaire, le grand héron a été utilisé comme outil d'évaluation des toxines bioaccumulables présentes dans l'environnement. 

Pression atmosphérique met en contraste les constructions industrielles de l'histoire forestière de la région et d'anciens sites de nidification. À travers des œuvres aux connotations surréalistes, Lisa Creskey interroge les relations qui se nouent entre la culture, l'industrie et le monde naturel. L'artiste nous présente ainsi un monde parallèle à celui qui a surgi de l'histoire de l'exploitation forestière dans la région d'Ottawa-Gatineau. 

Notes biographiques

Artiste céramiste et peintre, Lisa Creskey exploite le potentiel visuel de sa technique à travers la sculpture et l'installation. En explorant les thèmes de la nature, de l'histoire et du temps, elle crée des mondes immersifs. Elle nous amène à nous interroger sur notre rapport à l'environnement. 

En 2019, elle a effectué une résidence de trois mois à Taïwan dans le cadre du programme de résidence en céramique du Musée de la céramique Yingge, à Nouveau Taipei.

Lisa Creskey a entre autres été récompensée à la Biennale internationale de céramique de Gyeonggi (Corée du Sud, 2019), au concours de céramique contemporaine Memory Box (Lettonie, 2017) et à la Biennale de céramique de Taïwan (2016). En 2017, le Conseil des arts et des lettres du Québec lui a décerné le Prix du CALQ – Œuvre de l'année en Outaouais pour son exposition Match, présentée au centre d'exposition Art-image en 2016. 

Ses œuvres ont été exposées dans plusieurs galeries et centres d'art au Canada et à l'international. 

Elles figurent dans de nombreuses collections privées et publiques, notamment celles du Musée de la céramique de Gyeonngi (Corée du Sud) et du Musée de la céramique Yingge (Taïwan).

Espace Pierre-Debain

L'éloge du fil

Du 11 septembre au 17 octobre

Exposition

Événement unique en son genre, la Triennale en métiers d'art permet au public de découvrir le travail d'artistes professionnels qui s'illustrent tant par l'originalité de leur démarche artistique que par la maîtrise des techniques auxquelles ils recourent. 

Intitulée L'éloge du fil, l'exposition de cette année présente des œuvres d'expression créées à partir de techniques et de médiums variés, qui intègrent ou évoquent la fibre textile. Les visiteurs pourront y apprécier les créations de quatre artistes en métiers d'art de la région de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec – Caroline Arbour, Diane Auger, Christel Bergeron et Roger Pelerin – de quatre artistes de la région de la Capitale-Nationale – Catherine Lessard, Mylène Michaud, Marie-Renée Otis et Kathy Ouellette – de quatre artistes de l'Outaouais – Thoma Ewen, Paula Murray, Béla Simó et Éric Tardif – ainsi que de l'artiste invitée Véronique Louppe, dentellière et sculpteure textile. 

Cette exposition est le fruit d'un partenariat entre le Centre d'art de La Sarre, instigateur de l'événement, le Centre Materia, l'Espace Pierre-Debain et le Conseil des métiers d'art du Québec.

Brochure

Mesures sanitaires

Les mesures sanitaires prescrites par la Santé publique seront soigneusement déployées afin d'offrir une expérience agréable et sécuritaire.

  • La capacité maximale des galeries a été réduite afin de répondre aux normes en vigueur.
  • Le port du masque ou du couvre-visage est obligatoire en tout temps.
  • Les lieux sont désinfectés fréquemment.
  • Aucun vernissage n'aura lieu.

Merci de votre collaboration pour garder un milieu sécuritaire!

Exposition virtuelle de Denis Charette

L'Esprit qui m'habite

L'exposition de Denis Charette est présentée uniquement en format virtuel.

Démonstration de l'invisible rendu visible, l'exposition de Denis Charette tire son origine d'un rêve algonquin. Au moyen de la sculpture et de la gravure, l'artiste aborde les thèmes de la guérison, du rêve et du territoire. Il tente de donner forme à ce qui se trouve en son for intérieur : Anishinabeg, l'esprit algonquin qui l'habite et le guide dans cette quête incessante de création, esprit pleinement ancré en ce territoire où la cosmogonie et le mythe le nourrissent quotidiennement.

Notes biographiques de l'artiste

Artiste métis algonquin autodidacte, Denis Charette est né en 1963 dans la vallée de l'Outaouais. Maître sculpteur et graveur, il travaille principalement le bois, la pierre et le bois de cervidés. Boursier du Conseil des arts du Canada à deux reprises, il a développé ses connaissances de la sculpture totémique avec le réputé artiste haïda Reg Davidson et a approfondi ses connaissances sur la cosmogonie algonquienne auprès des aînés de sa communauté.

Son premier contrat d'œuvre publique remonte à 1991 pour sa participation à la sculpture du mât totémique multiculturel du Canada érigé au marché By d'Ottawa. De 2011 à 2017, l'artiste a réalisé une quinzaine de mâts totémiques représentant les nations amérindiennes du Québec, qui sont érigés sur le sentier des Premières Nations, ainsi qu'une œuvre de grande envergure intitulée Winibiki pinéci, L'Oiseau-tonnerre, qui peut être admirée au Parc Oméga, à Montebello.

Pour acquérir l'une des œuvres présentées dans cette exposition virtuelle, veuillez communiquer avec l'artiste, Denis Charette, à l'adresse denis@denischarette.com.

Ce projet artistique a été soutenu par le Programme de partenariat territorial de l'Outaouais.

Exposition virtuelle de Manon Labrosse et Sarah Carlson

Chrysalide

Manon Labrosse (Ottawa) et Sarah Carlson (Toronto) présentent, dans l'exposition Chrysalide, une installation de sculptures et de peintures créées à partir d'une exploration de leurs propres perceptions de la nature, mais aussi de certaines de ses représentations historiques. Leur travail témoigne de leur intérêt pour les idées de transition et de transformation ainsi que pour les formes anthropomorphiques.

Notes biographiques de Manon Labrosse

Détentrice d'un baccalauréat en arts visuels avec mention d'honneur (Université d'Ottawa, 2002), l'artiste Manon Labrosse vit et travaille à Ottawa.

Elle a réalisé plusieurs expositions de peinture au Québec et en Ontario. Boursière du Conseil des arts et des lettres du Québec en 2016, du Conseil des arts de l'Ontario en 2014 et 2015, de la Ville d'Ottawa en 2006 et 2008, elle a à son actif plusieurs résidences d'artistes. Manon Labrosse a reçu, en 2015, le Prix Télé-Québec au gala des Culturiades ainsi que le Prix du Fonds de dotation Corel pour les arts du Conseil des arts d'Ottawa. En 2017, elle a présenté, au centre d'artistes Axenéo7, l'exposition Comment peindre la mort d'après Lucie, qui a fait l'objet d'un article dans la revue Canadian Art.
Dans l'exposition Chrysalide, créée en duo avec l'artiste torontoise Sarah Carlson, elle présente une série de peintures réalisées à partir des archives photographiques de ses randonnées en Californie, dans les parcs provinciaux et nationaux du Québec et de l'Ontario ainsi que sur les sentiers qui jalonnent la rivière des Outaouais, à Gatineau.

Ces œuvres rappellent, par l'esthétique qui s'y révèle, les paysages baignés de lumière qu'on retrouve dans certains films de science-fiction tels Colour Out of Space (Richard Stanley, 2019) et Prospect (Zeek Earl et Chris Caldwell, 2018). Lumineuses, les couleurs s'y étalent en d'étranges contrastes, dans la disparité et la dissonance : la palette de Manon Labrosse nous restitue, dans des œuvres narratives, ce trouble qui s'empare de la psyché de l'artiste happée par le sentiment de décalage face à une nature à laquelle elle se sent devenue étrangère.

Des formes anthropomorphiques aux traits à la fois humains et sauvages surgissent de ses paysages. Elles témoignent de ce trouble qui est en soi une injonction, un appel à se réensauvager, un passage, une chrysalide qui portera son fruit : l'œuvre où explose et s'affirme l'évocation déferlante d'une nature réensauvagée

Manon Labrosse a bénéficié d'une subvention du Conseil des arts de l'Ontario pour des projets d'artistes en arts visuels francophones à mi-carrière.

Notes biographiques de Sarah Carlson

Titulaire d'un baccalauréat en beaux-arts avec mention (Université York, Ontario, 2009), d'un baccalauréat en enseignement avec spécialisation en enseignement des arts visuels (Université de Toronto, 2010) et d'une maîtrise en beaux-arts (Université de l'École d'art et de design de l'Ontario, 2019), Sarah Carlson a été sélectionnée par jury pour effectuer des résidences d'artistes au Canada, en Espagne (2015) et en Italie (2018). Elle a récemment effectué une résidence en situation de camping dans la péninsule gaspésienne.

L'artiste, dont la pratique articule peinture, sculpture et installation, a à son actif plusieurs expositions individuelles et collectives. Ses œuvres sont présentes dans des collections publiques au Canada et en Espagne.

Le travail de Sarah Carlson se construit sur la base de croquis et de photographies, documentation accumulée au cours de randonnées passées à faire de l'escalade, à pagayer, à explorer des cavernes en Ontario, en Nouvelle-Écosse, en Espagne, en Italie et sur l'île d'Hawaii. L'artiste, qui privilégie une pratique artistique écoresponsable, fait un large usage de matériaux récupérés et de matières biodégradables comme le papier mâché. Elle intègre à ses installations des matériaux organiques : plantes aériennes et cheveux humains.

Sarah Carlson rend compte de la richesse et de la complexité des univers naturels qu'elle découvre au moyen de compositions dynamiques, de trompe-l'œil, de généreux effets de texture, d'une palette vibrante qui éclate dans les empâtements et les superpositions de glacis.

Dans l'exposition Chrysalide, créée en duo avec l'artiste d'Ottawa Manon Labrosse, elle évoque la transformation qui se produit au cours de ses randonnées en nature, lorsqu'à une conscience de soi aiguë, induite par le sentiment d'inconfort succède un état de flow dans lequel l'altérité s'efface au profit d'une conscience élargie, absorbée par ce qui se révèle alors : le bruissement de l'eau, les créatures de l'air, les secrets de l'univers minéral, de ses grottes et de ses cavernes.

Pour acquérir l'une des œuvres présentées dans cette exposition, veuillez communiquer avec l'artiste.

Manon Labrosse : info@manon-labrosse.com
Sarah Carlson : sarahlizcarlson@gmail.com

Liste des œuvres et des prix

Exposition virtuelle de Margit Hideg

Ces liens qui lient

Fascinée par la beauté du processus de désintégration du bois lorsqu'on en fait de la pâte à papier, Margit Hideg cherche à sauver les vestiges de ce que l'histoire efface : elle les incorpore à de nouvelles œuvres qui en conserveront la trace.

Ces liens qui lient est le résultat d'une collaboration de l'artiste avec la nature, d'une série d'interactions avec des médiums organiques.

Margit Hideg crée des sculptures lumineuses qui évoquent le pouvoir régénérateur d'un rapport au monde plus harmonieux. Elle cherche ainsi à nourrir la conscience d'une identité fermement enracinée, liée à la Terre.

Notes biographiques de l'artiste

Margit est une artiste multidisciplinaire et enseignante d'origine hongroise qui est née en Roumanie. Elle a étudié les arts graphiques, les beaux-arts et la pédagogie à l'Université d'art et de design de Cluj-Napoca, en Roumanie. Peu après avoir immigré au Canada en 1989, elle a choisi de poursuivre sa formation en art graphique au College for Creative Studies de Détroit. En 2001, elle a été sélectionnée pour effectuer une résidence de six mois au Laboratoire des nouveaux médias du Centre canadien du film de Toronto.

Son expérience s'étend jusqu'au monde des affaires où elle a travaillé comme gestionnaire, designer graphique et enseignante au postsecondaire. Elle a également dirigé plusieurs projets collectifs entre étudiants et professeurs qui lui ont valu divers prix. Depuis 2001, ses tableaux sont présentés à la Galerie Bernard, à Montréal, et font partie de la Collection Loto-Québec et de plusieurs collections privées. Margit Hideg vit et travaille à Cantley, en Outaouais.

Pour acquérir l'une des œuvres présentées dans cette exposition, veuillez communiquer avec l'artiste, Margit Hideg, à l'adresse margit@hideg.ca.

Liste des œuvres et des prix

About Gatineau

Recognized for its quality of life, Gatineau is a city of 290,000 inhabitants. It is located on the north shore of the Ottawa River, and extends east and west of the Gatineau River.

Return to top of page