Ville de Gatineau
Galeries d'art et expositions
Passer au contenu principal
Galeries d'art et expositions
Galeries d'art et expositions

Dans cette page

Voir aussi

Galerie Montcalm

Wo Bin Ich? (Où suis-je?)

Du 21 octobre au 9 décembre

Exposition

Il y a quelques années, Benjamin Rodger a participé à un forum intitulé Wo Bin Ich? (Où suis-je ?) qui regroupait des artistes et des commissaires d'exposition de divers pays, rassemblés le temps d'une semaine pour discuter des enjeux de l'art contemporain. Après avoir pris part aux discussions et aux échanges, il a choisi de réorienter sa pratique pour ne garder que l'essentiel de ce qu'il explorait depuis quelques années. L'exposition Wo Bin Ich? présente une série de tableaux dans lesquels l'artiste, en une exploration à la fois formelle et conceptuelle, s'intéresse à la dichotomie du fond et de la forme, à la théorie de la couleur, à la manipulation de la matière ainsi qu'à l'imitation du geste de peindre.

Notes biographiques

Originaire d'Ottawa, Benjamin Rodger est titulaire d'un baccalauréat en beaux-arts de l'Université Concordia, à Montréal, et d'une maîtrise en beaux-arts de l'École nationale supérieure d'art de la Villa Arson, à Nice en France. Son travail, surtout en peinture, a été exposé au Canada, en Europe et au Proche-Orient. Il a été sélectionné pour représenter le Canada en peinture aux VIes Jeux de la Francophonie, tenus à Beyrouth, au Liban, en 2009. En 2015, il a participé à la résidence d'artistes Fugitif à Leipzig, en Allemagne.

Depuis 2009, son travail a été exposé à de nombreuses reprises dans la région. Il a reçu plusieurs subventions et bourses du Conseil des arts de l'Ontario, de la Ville d'Ottawa et de la Fondation franco-ontarienne. Impliqué dans sa communauté, il a siégé à des conseils d'administration, des comités d'organisation et des jurys pour des festivals, des coopératives, des galeries, des centres d'artistes ainsi que des institutions gouvernementales et des établissements scolaires. Représenté par la Galerie St-Laurent + Hill, à Ottawa, il partage son temps entre son atelier et le département des arts du Cégep de l'Outaouais, où il enseigne.

Espace Pierre-Debain

Ainsi…

Du 27 octobre au 12 décembre

Exposition

Carole Baillargeon utilise l'outil manuel, métaphore du travail et du corps, pour évoquer les aléas de notre condition humaine : les malaises et les souffrances qui nous affligent, les renonciations et les deuils que l'existence nous impose, la résilience, enfin, nécessaire au déroulement du fil ténu de nos vies.

La gamme subtile des tons et des textures confère aux compositions abstraites de l'artiste la force sans fard de la vérité et de la nuance. Éprouvés, Endeuillés et Résilients sont des tableaux narratifs poignants, créés par l'assemblage de petits éléments sculpturaux dans lesquels les instruments de la couturière, mais également ses matériaux – tissus et fils de coton ou de laine – et ses techniques – le point de couture cicatriciel et créatif – deviennent autant d'éléments métaphoriques qui servent le propos de l'artiste.

Mesures sanitaires

Les mesures sanitaires prescrites par la Santé publique seront soigneusement déployées afin d'offrir une expérience agréable et sécuritaire.

  • La capacité maximale des galeries a été réduite afin de répondre aux normes en vigueur.
  • Le port du masque ou du couvre-visage est obligatoire en tout temps.
  • Les lieux sont désinfectés fréquemment.
  • Aucun vernissage n'aura lieu.

Merci de votre collaboration pour garder un milieu sécuritaire!

Exposition virtuelle de Denis Charette

L'Esprit qui m'habite

L'exposition de Denis Charette est présentée uniquement en format virtuel.

Démonstration de l'invisible rendu visible, l'exposition de Denis Charette tire son origine d'un rêve algonquin. Au moyen de la sculpture et de la gravure, l'artiste aborde les thèmes de la guérison, du rêve et du territoire. Il tente de donner forme à ce qui se trouve en son for intérieur : Anishinabeg, l'esprit algonquin qui l'habite et le guide dans cette quête incessante de création, esprit pleinement ancré en ce territoire où la cosmogonie et le mythe le nourrissent quotidiennement.

Notes biographiques de l'artiste

Artiste métis algonquin autodidacte, Denis Charette est né en 1963 dans la vallée de l'Outaouais. Maître sculpteur et graveur, il travaille principalement le bois, la pierre et le bois de cervidés. Boursier du Conseil des arts du Canada à deux reprises, il a développé ses connaissances de la sculpture totémique avec le réputé artiste haïda Reg Davidson et a approfondi ses connaissances sur la cosmogonie algonquienne auprès des aînés de sa communauté.

Son premier contrat d'œuvre publique remonte à 1991 pour sa participation à la sculpture du mât totémique multiculturel du Canada érigé au marché By d'Ottawa. De 2011 à 2017, l'artiste a réalisé une quinzaine de mâts totémiques représentant les nations amérindiennes du Québec, qui sont érigés sur le sentier des Premières Nations, ainsi qu'une œuvre de grande envergure intitulée Winibiki pinéci, L'Oiseau-tonnerre, qui peut être admirée au Parc Oméga, à Montebello.

Pour acquérir l'une des œuvres présentées dans cette exposition virtuelle, veuillez communiquer avec l'artiste, Denis Charette, à l'adresse denis@denischarette.com.

Ce projet artistique a été soutenu par le Programme de partenariat territorial de l'Outaouais.

Exposition virtuelle de Manon Labrosse et Sarah Carlson

Chrysalide

Manon Labrosse (Ottawa) et Sarah Carlson (Toronto) présentent, dans l'exposition Chrysalide, une installation de sculptures et de peintures créées à partir d'une exploration de leurs propres perceptions de la nature, mais aussi de certaines de ses représentations historiques. Leur travail témoigne de leur intérêt pour les idées de transition et de transformation ainsi que pour les formes anthropomorphiques.

Notes biographiques de Manon Labrosse

Détentrice d'un baccalauréat en arts visuels avec mention d'honneur (Université d'Ottawa, 2002), l'artiste Manon Labrosse vit et travaille à Ottawa.

Elle a réalisé plusieurs expositions de peinture au Québec et en Ontario. Boursière du Conseil des arts et des lettres du Québec en 2016, du Conseil des arts de l'Ontario en 2014 et 2015, de la Ville d'Ottawa en 2006 et 2008, elle a à son actif plusieurs résidences d'artistes. Manon Labrosse a reçu, en 2015, le Prix Télé-Québec au gala des Culturiades ainsi que le Prix du Fonds de dotation Corel pour les arts du Conseil des arts d'Ottawa. En 2017, elle a présenté, au centre d'artistes Axenéo7, l'exposition Comment peindre la mort d'après Lucie, qui a fait l'objet d'un article dans la revue Canadian Art.
Dans l'exposition Chrysalide, créée en duo avec l'artiste torontoise Sarah Carlson, elle présente une série de peintures réalisées à partir des archives photographiques de ses randonnées en Californie, dans les parcs provinciaux et nationaux du Québec et de l'Ontario ainsi que sur les sentiers qui jalonnent la rivière des Outaouais, à Gatineau.

Ces œuvres rappellent, par l'esthétique qui s'y révèle, les paysages baignés de lumière qu'on retrouve dans certains films de science-fiction tels Colour Out of Space (Richard Stanley, 2019) et Prospect (Zeek Earl et Chris Caldwell, 2018). Lumineuses, les couleurs s'y étalent en d'étranges contrastes, dans la disparité et la dissonance : la palette de Manon Labrosse nous restitue, dans des œuvres narratives, ce trouble qui s'empare de la psyché de l'artiste happée par le sentiment de décalage face à une nature à laquelle elle se sent devenue étrangère.

Des formes anthropomorphiques aux traits à la fois humains et sauvages surgissent de ses paysages. Elles témoignent de ce trouble qui est en soi une injonction, un appel à se réensauvager, un passage, une chrysalide qui portera son fruit : l'œuvre où explose et s'affirme l'évocation déferlante d'une nature réensauvagée

Manon Labrosse a bénéficié d'une subvention du Conseil des arts de l'Ontario pour des projets d'artistes en arts visuels francophones à mi-carrière.

Notes biographiques de Sarah Carlson

Titulaire d'un baccalauréat en beaux-arts avec mention (Université York, Ontario, 2009), d'un baccalauréat en enseignement avec spécialisation en enseignement des arts visuels (Université de Toronto, 2010) et d'une maîtrise en beaux-arts (Université de l'École d'art et de design de l'Ontario, 2019), Sarah Carlson a été sélectionnée par jury pour effectuer des résidences d'artistes au Canada, en Espagne (2015) et en Italie (2018). Elle a récemment effectué une résidence en situation de camping dans la péninsule gaspésienne.

L'artiste, dont la pratique articule peinture, sculpture et installation, a à son actif plusieurs expositions individuelles et collectives. Ses œuvres sont présentes dans des collections publiques au Canada et en Espagne.

Le travail de Sarah Carlson se construit sur la base de croquis et de photographies, documentation accumulée au cours de randonnées passées à faire de l'escalade, à pagayer, à explorer des cavernes en Ontario, en Nouvelle-Écosse, en Espagne, en Italie et sur l'île d'Hawaii. L'artiste, qui privilégie une pratique artistique écoresponsable, fait un large usage de matériaux récupérés et de matières biodégradables comme le papier mâché. Elle intègre à ses installations des matériaux organiques : plantes aériennes et cheveux humains.

Sarah Carlson rend compte de la richesse et de la complexité des univers naturels qu'elle découvre au moyen de compositions dynamiques, de trompe-l'œil, de généreux effets de texture, d'une palette vibrante qui éclate dans les empâtements et les superpositions de glacis.

Dans l'exposition Chrysalide, créée en duo avec l'artiste d'Ottawa Manon Labrosse, elle évoque la transformation qui se produit au cours de ses randonnées en nature, lorsqu'à une conscience de soi aiguë, induite par le sentiment d'inconfort succède un état de flow dans lequel l'altérité s'efface au profit d'une conscience élargie, absorbée par ce qui se révèle alors : le bruissement de l'eau, les créatures de l'air, les secrets de l'univers minéral, de ses grottes et de ses cavernes.

Pour acquérir l'une des œuvres présentées dans cette exposition, veuillez communiquer avec l'artiste.

Manon Labrosse : info@manon-labrosse.com
Sarah Carlson : sarahlizcarlson@gmail.com

Liste des œuvres et des prix

Exposition virtuelle de Margit Hideg

Ces liens qui lient

Fascinée par la beauté du processus de désintégration du bois lorsqu'on en fait de la pâte à papier, Margit Hideg cherche à sauver les vestiges de ce que l'histoire efface : elle les incorpore à de nouvelles œuvres qui en conserveront la trace.

Ces liens qui lient est le résultat d'une collaboration de l'artiste avec la nature, d'une série d'interactions avec des médiums organiques.

Margit Hideg crée des sculptures lumineuses qui évoquent le pouvoir régénérateur d'un rapport au monde plus harmonieux. Elle cherche ainsi à nourrir la conscience d'une identité fermement enracinée, liée à la Terre.

Notes biographiques de l'artiste

Margit est une artiste multidisciplinaire et enseignante d'origine hongroise qui est née en Roumanie. Elle a étudié les arts graphiques, les beaux-arts et la pédagogie à l'Université d'art et de design de Cluj-Napoca, en Roumanie. Peu après avoir immigré au Canada en 1989, elle a choisi de poursuivre sa formation en art graphique au College for Creative Studies de Détroit. En 2001, elle a été sélectionnée pour effectuer une résidence de six mois au Laboratoire des nouveaux médias du Centre canadien du film de Toronto.

Son expérience s'étend jusqu'au monde des affaires où elle a travaillé comme gestionnaire, designer graphique et enseignante au postsecondaire. Elle a également dirigé plusieurs projets collectifs entre étudiants et professeurs qui lui ont valu divers prix. Depuis 2001, ses tableaux sont présentés à la Galerie Bernard, à Montréal, et font partie de la Collection Loto-Québec et de plusieurs collections privées. Margit Hideg vit et travaille à Cantley, en Outaouais.

Pour acquérir l'une des œuvres présentées dans cette exposition, veuillez communiquer avec l'artiste, Margit Hideg, à l'adresse margit@hideg.ca.

Liste des œuvres et des prix

À propos de Gatineau

Reconnue pour sa qualité de vie, Gatineau est une ville de 290 000 habitants. Elle est située sur la rive nord de la rivière des Outaouais, et s'étend à l'est et à l'ouest de la rivière Gatineau.

Retourner au haut de la page