Ville de Gatineau
Recrudescence des cas de « fraude des grands-parents »
Passer au contenu principal

Ce communiqué a été publié le 26 mai 2022. L'information dans ce communiqué pourrait ne plus être à jour et certains liens pourraient ne plus être fonctionnels.

Ville de Gatineau
Communiqué
Recrudescence des cas de « fraude des grands-parents »

Gatineau, le 26 mai 2022. – Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) tient à mettre en garde la population contre un stratagème de fraude qui semble reprendre de l'ampleur sur son territoire, soit la « fraude des grands-parents ».


Faits en bref

Entre le 11 et le 25 mai 2022, le SPVG a reçu une quinzaine de plaintes concernant le stratagème de la « fraude des grands-parents ». Dans quatorze de ces dossiers, des citoyens ont été floués de plusieurs milliers de dollars.
- Les montants subtilisés par les fraudeurs varient d'un dossier à l'autre, oscillant entre 4 000 $ et 10 000 $.
Les victimes sont âgées entre 60 et 94 ans et sont donc en âge d'avoir des petits-enfants.
Dans tous les dossiers, le modus operandi des fraudeurs est le même :
- Un suspect appelle la victime en se faisant passer pour son petit-fils, son gendre ou encore le conjoint de sa petite-fille et lui dit avoir besoin d'aide.
- Le suspect prétend avoir été impliqué dans un accident de voiture, avoir heurté une personne (généralement une femme enceinte) et avoir été arrêté par la police.
- Dans certains dossiers, l'individu personnifiant l'être cher indique avoir avoué aux policiers qu'il utilisait son cellulaire lors de la collision.
- L'interlocuteur explique à la victime qu'il n'a droit qu'à un seul appel et qu'il devra couper la communication bientôt. Il lui demande son aide pour payer la caution lui permettant de sortir de prison et lui demande de n'en parler à personne. Il raccroche en spécifiant qu'un avocat entrera en contact avec elle.
- Un deuxième suspect prend contact avec la victime en prétendant être l'avocat qui représente l'être cher. Il mentionne avoir besoin d'un certain montant d'argent comptant pour payer la caution. Il demande à la victime d'aller retirer l'argent et de ne pas mentionner au commis que la somme servira à payer une caution puisqu'il lui faudrait alors remplir une panoplie de documents, ce qui prendrait trop de temps.
- Une fois l'argent comptant en main, la victime contacte de nouveau l'avocat qui lui indique qu'un huissier ou un employé du palais de justice passera à sa résidence pour récupérer la somme.
- Peu de temps après, une personne se présente chez la victime et quitte les lieux avec l'argent.
- Dans certains cas, le suspect pourrait donner rendez-vous à une victime dans un lieu public afin de la rassurer.

Procédures de règlement des cautions

Pour acquitter les frais d'une caution à Gatineau, il faut se rendre soit au poste de police, à la prison du secteur de Hull ou au Greffe de la Cour où un employé vous remettra un reçu officiel.
En aucun cas, l'argent ne devrait être remis en main propre dans une enveloppe à une personne prétendant être un avocat, un huissier ou un employé du palais de justice si vous ne vous trouvez pas au comptoir d'un des endroits mentionnés précédemment.
Aussi, les cautions fixées par les policiers ne peuvent excéder un montant de 500 $. De plus, cette mesure n'est applicable que pour une personne résidant à l'extérieur d'un rayon de 200 km de Gatineau ou encore dans une autre province que le Québec.
Seul un juge de paix peut imposer une caution d'un montant supérieur.
Il est important de ne pas se fier au numéro de téléphone apparaissant sur l'afficheur, même s'il s'agit du numéro d'une organisation de confiance ou celui d'un proche. Des applications permettent aux fraudeurs de faire afficher n'importe quel numéro de façon à mettre la victime en confiance.

Conseils de prévention

Personne n'est à l'abri de la fraude : tout un chacun, sans discrimination, est une cible potentielle pour les fraudeurs. Toutefois, en raison du patrimoine qu'ils peuvent avoir accumulé au fil des années et, dans certains cas, de leur vulnérabilité, les personnes âgées peuvent s'avérer des cibles de choix pour les malfaiteurs. Voici des conseils à partager pour éviter de tomber dans le piège des fraudeurs :

Il importe de poser des questions à son interlocuteur afin de valider son identité. Ces questions doivent être neutres et assez précises ou personnelles pour faire en sorte que le fraudeur ne soit pas en mesure d'en deviner les réponses. Aucune information comme un prénom ne doit être suggérée puisque les fraudeurs pourraient utiliser cette information pour confondre leur victime (ex. : « Antoine, est-ce que c'est toi? »).
Des vérifications devraient toujours être effectuées. Si la personne dit être un membre de la famille, il vaut mieux tenter soi-même de joindre cette personne en utilisant les numéros de téléphone habituellement utilisés pour la joindre.
Aucune somme d'argent ne devrait être transférée. Les fraudeurs tenteront de convaincre leur victime par tous les moyens et susciteront un sentiment d'urgence pour la pousser à verser l'argent le plus rapidement possible, et ce, sans effectuer de vérifications.
Aucun renseignement personnel ou bancaire ne devrait être fourni, et ce, même si l'interlocuteur dit être une connaissance ou un membre de la famille.
Dans le doute, il vaut toujours mieux contacter le SPVG au 819 246-0222.
– 30 –
     
Suivez-nous dans les médias sociaux

Publié par
Service de police de la Ville de Gatineau
Source
Andrée East
Agente relationniste
Service de police
Ville de Gatineau
east.andree@gatineau.ca
@policegatineau

À propos de Gatineau

Reconnue pour sa qualité de vie, Gatineau est une ville de 291 000 habitants. Elle est située sur la rive nord de la rivière des Outaouais, et s'étend à l'est et à l'ouest de la rivière Gatineau.

Retourner au haut de la page