Ville de Gatineau
Prix du patrimoine
Passer au contenu principal
Prix du patrimoine
Prix du patrimoine

Dans cette page

Voir aussi

Dans cette page

Voir aussi

La Ville de Gatineau a tenu sa réception du patrimoine le 4 février 2017 à la ferme Moore. Elle a remis des Prix du patrimoine à plusieurs récipiendaires pour leur contribution exceptionnelle à la mise en valeur du patrimoine. Un citoyen, quatre familles, trois organismes et une entreprise ont été honorés.

Cercle de fermières de Buckingham


M. Richard M. Bégin, conseiller municipal, et Mme Murielle Plouffe, du Cercle de fermières de Buckingham

En 2017, le Cercle de fermières de Buckingham célèbre avec fierté son 75e anniversaire.

Véritables « gardiennes » du patrimoine culinaire et artisanal, les 73 femmes membres de cet organisme continuent de veiller à ce que les arts textiles soient reconnus comme un élément indissociable de notre patrimoine.

La présidente, madame Murielle Plouffe, ainsi que plusieurs dizaines de femmes de la région y consacrent leur énergie et leur passion pour que leur organisme continue de rayonner dans la région. Déterminée et pleinement engagée, madame Plouffe voit grand pour l'avenir du Cercle de fermières de Buckingham. Présidente depuis deux ans, elle a occupé presque tous les postes depuis qu'elle s'est jointe à l'organisme en 2003. Elle est aussi conseillère au sein du Cercle de fermières du Québec, l'entité provinciale centenaire, qui compte quelque 34 000 membres actives, engagées et modernes.

Bien que le tissage soit une de ses marques de commerce, le Cercle de fermières de Buckingham se distingue par son engagement marqué au sein de sa communauté. Les membres enseignent les arts textiles aux enfants de la région et organisent même annuellement un concours auprès des jeunes, contribuant ainsi à assurer que cet art continue de se transmettre de génération en génération.

La persévérance et l'engagement des membres du Cercle de fermières de Buckingham à faire un monde meilleur en utilisant une méthode éprouvée, la solidarité féminine, ne font aucun doute. Leur authenticité et leur contribution à transmettre le patrimoine depuis 75 ans méritent d'être reconnues par le milieu.

Association des riverains de la rue Jacques-Cartier Est et les familles Duval, Foley, Létang et Séguin

Le 10 septembre 2016, plusieurs centaines de personnes se sont réunies au confluent des rivières Gatineau et des Outaouais, à la hauteur de la rue Jacques-Cartier, pour inaugurer en grande pompe le fruit de longs travaux de revitalisation. Il va sans dire que ce rêve n'aurait pu être réalisé sans l'appui de l'Association des riverains de la rue Jacques-Cartier Est et en particulier d'un groupe de citoyens passionnés qui n'ont pas compté leurs heures pour développer avec la Ville de Gatineau une série de panneaux d'interprétation.

Leur contribution exceptionnelle au contenu des panneaux historiques a permis d'assurer une excellente qualité d'interprétation, notamment par des anecdotes amusantes et intéressantes, le tout mis en valeur par des photos aussi originales que divertissantes. C'est grâce à leur travail acharné que les touristes et tous les Gatinois peuvent aujourd'hui découvrir le site exceptionnel de la rue Jacques-Cartier et son sentier cyclable et pédestre qui longe la magnifique rivière des Outaouais.

L'Association des riverains de la rue Jacques-Cartier Est et notamment les familles Duval, Foley, Létang et Séguin, pour n'en nommer que quelques-unes, ont participé au volet patrimonial en identifiant les personnes les plus susceptibles de nous aider à connaître l'histoire de la rue. Les nombreux témoignages, photos et faits historiques que ces personnes ont recueillis ont contribué à tracer un portrait fidèle et percutant d'un important site patrimonial de notre ville.

Si nous avons tous le plaisir aujourd'hui de découvrir une rue Jacques-Cartier majestueuse qui s'est refait une beauté et qui comble tant les familles, les sportifs que les amants de la nature, c'est sans contredit grâce à ces personnes dévouées.


Mmes Johanne et Pierrette Duval, M. Richard M. Bégin, conseiller municipal, Mme Hélène Papineau et M. Michel Papineau, de l'Association  des riverains de la rue Jacques-Cartier Est, Mmes Marina et Christiane Létang, Mme Claire Séguin, MM. David et Mario Séguin. Absents de la photo : M. André Foley et feu M. Claude Foley.

Société Les Jardins du souvenir


M. Richard M. Bégin, conseiller municipal, et M. Roger Gagnon, de la société Les Jardins du souvenir

Le 2 juin 2016, tous les amoureux du patrimoine de Gatineau avaient raison de se réjouir. En effet, la maison du gardien, un édifice historique qui orne l'entrée du cimetière Notre-Dame, venait de se refaire toute une beauté et s'apprêtait à vivre une nouvelle vie.

Après une longue saga, ce précieux édifice avait été sauvé de la démolition grâce entre autres à une importante subvention octroyée par le Conseil du patrimoine religieux du Québec.

Depuis juin 2016, les administrateurs de la société Les Jardins du souvenir ont le plaisir d'occuper cet édifice centenaire nouvellement mis à neuf. Non seulement cette demeure historique était la dernière en son genre en Outaouais, mais également l'une des toutes dernières de la province.

Grâce à la restauration de la maison du gardien, la société Les Jardins du souvenir contribue à préserver un important symbole du patrimoine religieux de la région. Même si le gardien a disparu depuis longtemps du cimetière Notre-Dame, sa maison continuera de régner fièrement sur le boulevard Fournier.

La ténacité de ceux qui ont cru en ce projet mérite d'être soulignée et reconnue auprès du milieu du patrimoine de la région. C'est pourquoi ce prix revient à la société Les Jardins du souvenir qui a été à l'écoute du milieu et à tous ceux qui ont contribué à donner à la maison du gardien toutes ses lettres de noblesse.

Monsieur Mike Clemann


M. Richard M. Bégin, conseiller municipal, et M. Mike Clemann, de l'hôtel British

À l'été 2011, monsieur Mike Clemann est littéralement tombé amoureux de l'hôtel British situé sur la rue Principale, dans le secteur d'Aylmer. Cet édifice patrimonial, dont certaines parties datent de 1834, avait certes besoin de restaurations importantes. Mais, comme l'heureux propriétaire le dit lui-même, « ce sont les murs de pierre qui m'ont renversé ».

Depuis l'acquisition de l'édifice en juin 2011, monsieur Clemann a entrepris tout un travail de mise à niveau pour redonner à l'établissement le panache qu'il méritait, conservant toute la pierre originale pour en préserver sa valeur patrimoniale et découvrant durant les rénovations une série de foyers d'époque à l'intérieur même des murs. Il allait réaliser son rêve : donner un coup de jeunesse au plus vieil hôtel situé à l'ouest de Montréal.

À l'époque, le British était une taverne très reconnue où séjournaient des personnes qui ont marqué l'histoire du pays. Pendant qu'ils se rencontraient pour « changer le monde », ils pouvaient voir leurs chevaux par les petites fenêtres donnant directement sur l'écurie.

Aujourd'hui, l'hôtel British affiche un charme inégalé avec ses murs de pierre et ses boiseries exceptionnelles. Ses dix chambres et suites continuent de remémorer les activités d'autrefois et les salles de banquet ou de conférence nous permettent de revivre pleinement la fébrilité qui y régnait sûrement au XIXe siècle.

En ayant un coup de foudre pour le British, son propriétaire ainsi que tous ceux qui l'ont suivi dans son aventure ont contribué à en faire un endroit riche d'histoire dont nous sommes fiers.

Prix honorifique
Société d'histoire de l'Outaouais


M. Richard M. Bégin, conseiller municipal, et M. Michel Prévost, de la Société d'histoire de l'Outaouais

En 2017, la Société d'histoire de l'Outaouais célèbre 25 ans d'existence. Depuis 1992, elle veille à la diffusion de l'histoire de l'Outaouais et œuvre avec passion à la protection et à la mise en valeur de notre patrimoine.

Le rayonnement de l'organisme est inestimable et la pertinence des dossiers qu'elle pilote, indiscutable. Elle organise ou anime une variété d'activités dans la région, dont plusieurs visites patrimoniales percutantes et dynamiques qui ont permis au cours des années à plusieurs centaines de passionnés de vivre l'histoire de Gatineau et de l'Outaouais.

Il serait difficile de tracer un portrait de la Société sans parler de sa figure de proue et président depuis plus de 20 ans, un véritable passionné d'histoire et de patrimoine, monsieur Michel Prévost. Ce dernier est convaincu que le patrimoine bâti, naturel, archivistique, archéologique, généalogique et religieux, de même que toute notre histoire, nous appartient à tous.

Grâce à des personnes comme M. Prévost et les passionnés de la Société d'histoire de l'Outaouais, nous contribuons tous à préserver ce qui est si important dans la vitalité d'une ville.

La qualité de cette œuvre patrimoniale et le rayonnement qu'elle a permis d'assurer à la région méritent d'être reconnus par le milieu. C'est pourquoi la Ville de Gatineau est fière de décerner à la Société d'histoire de l'Outaouais un prix honorifique dans le cadre de cette édition 2017 du Mois du patrimoine.

À propos de Gatineau

Reconnue pour sa qualité de vie, Gatineau est une ville de 285 000 habitants. Elle est située sur la rive nord de la rivière des Outaouais, et s'étend à l'est et à l'ouest de la rivière Gatineau.

Retourner au haut de la page