Ville de Gatineau
L'UMQ exige le respect des principes fondamentaux de la démocratie municipale
Passer au contenu principal
L'UMQ exige le respect des principes fondamentaux de la démocratie municipale
L'UMQ exige le respect des principes fondamentaux de la démocratie municipale

En savoir plus

Dans cette page

Voir aussi

En savoir plus

Dans cette page

Voir aussi

Ce communiqué a été publié le 11 décembre 2014. L'information dans ce communiqué pourrait ne plus être à jour et certains liens pourraient ne plus être fonctionnels.
MONTRÉAL, le 11 déc. 2014 /CNW Telbec/ - En conférence de presse aujourd'hui, plusieurs membres du conseil d'administration de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) ont fermement exprimé leur solidarité et réitéré leur stupéfaction envers l'attitude du ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, monsieur Pierre Moreau, à l'égard du monde municipal. Rappelons que ce dernier a ouvertement menacé hier de suspendre les transferts versés par le gouvernement aux municipalités qui choisiraient de justifier leurs taxes en 2015 pour éponger les compressions liées au pacte fiscal transitoire.

« Cette ingérence directe du ministre dans la gestion budgétaire des municipalités constitue un précédent grave, qui menace directement le principe fondamental de l'autonomie municipale. Depuis cent ans, face à tous les gouvernements, l'UMQ défend l'autonomie des municipalités. Aujourd'hui, elle avait le devoir de se lever et de défendre la légitimité démocratique des élus municipaux de prendre les décisions dans le meilleur intérêt de leurs citoyens. Je demande maintenant un signal clair du gouvernement afin de rebâtir le climat de confiance pour mener à bien les réformes promises et nécessaires », a indiqué la présidente de l'UMQ et mairesse de Sainte-Julie, madame Suzanne Roy.

« Les municipalités ont dû prendre des décisions difficiles, mais nécessaires pour absorber les coupes gouvernementales et maintenir un budget équilibré en 2015. Certaines ont dû, à regret, hausser le fardeau fiscal de leurs contribuables pour maintenir les services aux citoyens, alors que le gouvernement a développé le réflexe de pelleter dans la cour des municipalités en niant l'impact possible pour le contribuable », a pour sa part déclaré le premier vice-président de l'UMQ et maire de Sherbrooke, monsieur Bernard Sévigny.

« Aux yeux de l'UMQ, les menaces inédites de sanction du ministre Moreau aux municipalités visent la légitimité même de l'ensemble des élus municipaux du Québec, qui ont été choisis démocratiquement par leurs concitoyens. Le gouvernement n'a pas à les infantiliser et à leur dicter comment ils doivent gérer leur budget », a de son côté souligné le deuxième vice-président de l'UMQ et maire de Victoriaville, monsieur Alain Rayes.

À l'issue de la conférence de presse, plusieurs maires et mairesses ont tenu à exprimer leur déception à l'égard du climat des relations entre Québec et les municipalités :

« Au moment où le gouvernement du Québec s'est engagé à reconnaître les municipalités comme des gouvernements de proximité, entre autres par l'adoption d'une Charte des municipalités basée sur le principe de l'autonomie municipale, il est primordial de maintenir un climat de confiance essentiel à l'atteinte de cet objectif » - Gilles Lehouillier, trésorier de l'UMQ et maire de Lévis

« J'ai toujours pensé qu'un partenariat ça se développe dans le respect, avec un dialogue d'ouverture et non avec des menaces » - Éric Forest, ex-président de l'UMQ et maire de Rimouski

« Autour du périmètre comptable, nous sommes tenus de prendre en compte la réalité fiscale et financière. On n'a pas le droit de faire des surplus. C'est choquant avec les années de voir les gouvernements, peu importe lesquels, accumuler les déficits quand nous, les élus municipaux, on n'a pas le droit. » - Deborah Bélanger, mairesse de Rivière-Rouge

« Je partage totalement l'opinion émise par l'UMQ. C'est surréaliste ce qu'a dit monsieur Moreau, surtout quand on considère la réalité d'une ville comme Shawinigan, qui n'a presque pas de déficit. Comment suis-je censé ne pas augmenter mes taxes? » - Michel Angers, maire de Shawinigan

« Par ses propos, le ministre nous démontre que toutes les promesses faites aux élus municipaux en faveur d'une plus grande autonomie pour les villes ne valent rien. Si les villes du Québec n'ont plus de contrôle sur leur niveau de taxes, elles ne contrôlent plus rien. Par ailleurs, pendant que Québec augmente le fardeau fiscal des familles en moyenne de 1 273 $ pour 2015, les augmentations des taxes représentent en moyenne un montant de 70 $ par famille. Le monde municipal n'a aucune leçon à recevoir du gouvernement quant à l'effort demandé aux contribuables pour financer les services publics. » - Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

« Il y a un monde entre les propos de Monsieur Moreau et l'engagement et l'ouverture démontrés par le Premier ministre et son gouvernement au cours des derniers mois. » - Vicky May Hamm, mairesse de Magog

« Le Québec est à un moment charnière où les gouvernements de proximité et le gouvernement du Québec doivent travailler ensemble. On représente des gens de toutes allégeances. On doit alléger les structures et les lois anciennes, désengorger le système en travaillant ensemble. » -Sylvie Surprenant, mairesse de Sainte-Thérèse

« C'est de l'ingérence, un non-respect de l'autonomie des municipalités et des élus. C'est crucial. J'ai à répondre à mes électeurs. Ce sont eux qui m'élisent, pas monsieur Moreau. » - Alexandre Cusson, maire de Drummondville

« Comment le gouvernement en place peut-il critiquer la gestion des élus municipaux et prétendre ne pas connaître l'ampleur du déficit, lui qui dans les 13 dernières années, a été au pouvoir pendant 11 ans? Je recommande donc aux municipalités de poser un geste concret et de faire réévaluer les bâtiments gouvernementaux afin de réagir à cet affront démocratique. » Guy Larouche, maire de Roberval

« Les municipalités sont redevables devant leurs citoyens de leurs services et de leurs infrastructures. Les coupures sont faites sur des revenus d'opération à court terme, alors que les surplus sont des réserves à long terme. C'est à chaque élu municipal d'expliquer ses choix à ses citoyens et de répondre devant eux de ses résultats. » - Claude Haineault, maire de Beauharnois

« Se faire dire de ne pas parler du pacte fiscal à nos citoyens fait preuve d'un manque total de transparence et de respect! Comme si nous allions nous faire couper l'herbe sous le pied sans nous expliquer auprès des citoyens qui nous ont élus; ça n'a aucun sens! J'appuie donc sans réserve la présidente de l'UMQ qui dénonce l'attitude du ministre Moreau. » - Pierre Charron, maire de Saint-Eustache

« Avec la réaction du ministre, nous sommes en droit de nous demander si la volonté avouée de Québec de reconnaître les municipalités comme gouvernements de proximité était sincère. Le ministre ne peut nier que le pacte fiscal a un impact direct sur les revenus des municipalités. Nous avons de services aux citoyens. Les municipalités ont déjà consenti des efforts importants pour participer à l'assainissement des finances publiques amorcé par le gouvernement. » - Guillaume Tremblay, maire de Mascouche

La voix des gouvernements de proximité

Depuis sa fondation en 1919, l'UMQ représente les municipalités de toutes tailles dans toutes les régions du Québec. Sa mission est d'exercer, à l'échelle nationale, un leadership pour des gouvernements de proximité efficaces et autonomes et de valoriser le rôle fondamental des élues et élus municipaux. Ses membres, qui représentent plus de 80 % de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d'affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.

À propos de Gatineau

Reconnue pour sa qualité de vie, Gatineau est une ville de 285 000 habitants. Elle est située sur la rive nord de la rivière des Outaouais, et s'étend à l'est et à l'ouest de la rivière Gatineau.

Retourner au haut de la page