Ville de Gatineau
Encadrement du cannabis : Gatineau privilégie une approche basée sur la santé publique
Passer au contenu principal
Ce communiqué a été publié le 5 décembre 2018. L'information dans ce communiqué pourrait ne plus être à jour et certains liens pourraient ne plus être fonctionnels.
Ville de Gatineau
Communiqué
Encadrement du cannabis : Gatineau privilégie une approche basée sur la santé publique

Gatineau, le 5 décembre 2018 - La Ville de Gatineau a pris connaissance du projet de loi déposé ce matin par le gouvernement du Québec, visant à resserrer l'encadrement du cannabis. La proposition du gouvernement vise principalement à hausser l'âge minimal de consommation de 18 à 21 ans, et interdire la consommation par la fumée dans les lieux publics.

Le 3 juillet dernier, le conseil municipal de Gatineau a fait le choix de ne pas imposer de restrictions supplémentaires pour la consommation de cannabis dans l'espace public. Cette décision a été le fruit de plusieurs mois de travaux menés par la Commission Gatineau, Ville en santé et sa présidente, la conseillère Renée Amyot. Plusieurs services municipaux et partenaires de la communauté ont été impliqués dans cette réflexion. Alors que l'interdiction n'a jamais donné de résultat en matière de réduction des méfaits, Gatineau a fait le choix de suivre les recommandations des organismes de santé publique, qui sont claires quant aux lieux de consommation : il est beaucoup moins dommageable de laisser les gens consommer à l'extérieur plutôt qu'à l'intérieur dans des espaces clos où d'autres personnes peuvent aussi être exposées.

Depuis le 17 octobre dernier, aucune plainte n'a été enregistrée au 311 en lien avec la consommation ou les odeurs dans des lieux publics, et aucun dossier pour des comportements perturbateurs dans des lieux publics causés par le cannabis n'ont été traités par le SPVG.

Citation de Renée Amyot :
«Les changements proposés par le projet de loi n°2 nous préoccupent. D'abord, on vient balayer du revers de la main la démarche rigoureuse et élargie menée la Commission Gatineau, Ville en santé, dans la dernière année. Une loi plus restrictive quant aux lieux de consommation a pour effet d'augmenter les inégalités sociales et de santé; par exemple les locataires, les plus démunis et les personnes en situation d'itinérance. Aussi, en augmentant l'âge minimal requis pour acheter, posséder et accéder à un point de vente, les 18 à 21 ans devront se retourner vers le marché illicite, ce qui est tout à fait contraire à l'approche de réduction des méfaits.»

Citation de Maxime Pedneaud-Jobin :
« Ce projet de loi vient défaire une décision que nous avons déjà prise et créer des situations qui devront être gérées par les villes, ce qui est tout à fait contraire au principe de l'autonomie municipale. Ces modifications auraient un impact important sur la charge de travail de nos policiers, alors que tout se passe bien jusqu'à maintenant. Il faut absolument que nous puissions nous faire entendre à ce sujet. »

La Ville de Gatineau demandera donc officiellement à être entendue dans le cadre des consultations à venir sur le projet de loi pour faire valoir sa démarche et sa position.
– 30 –
     
Suivez-nous dans les médias sociaux

Publié par
Cabinet du maire
Ville de Gatineau
Source
Laurence Gillot
Attachée de presse,
Cabinet du maire
Ville de Gatineau
gillot.laurence@gatineau.ca
@Laurence_Gillot

À propos de Gatineau

Reconnue pour sa qualité de vie, Gatineau est une ville de 285 000 habitants. Elle est située sur la rive nord de la rivière des Outaouais, et s'étend à l'est et à l'ouest de la rivière Gatineau.

Retourner au haut de la page