Ville de Gatineau
Gatineau fait face à un déficit structurel
Passer au contenu principal
Ville de Gatineau
Communiqué
Gatineau fait face à un déficit structurel

Gatineau, le 14 octobre 2015. – Depuis quelques années déjà, la Ville de Gatineau fait face à un déficit structurel. Ainsi, pour 2016, même si la Ville appliquait une hausse de taxe équivalant à l'IPC comme en 2015 (1,9 %), le manque à gagner serait tout de même de 4,6 millions $ (soit l'équivalent d'une augmentation de taxe supplémentaire de 1,1 %). Cette situation s'explique par plusieurs facteurs : situation économique, dépendance à la taxe foncière, poids financier des infrastructures, croissance démographique, nouvelles responsabilités, contexte des relations de travail, volonté de limiter les hausses de taxes à l'IPC, etc.

Cela force la Ville à faire preuve de rigueur budgétaire et à assurer une gestion serrée des dépenses publiques. Pour s'attaquer à ce déficit, l'administration municipale a reçu le mandat d'évaluer les options permettant de respecter les orientations budgétaires du conseil. Elle doit faire diverses recommandations, qui seront présentées et analysées lors de l'étude du budget. Cela signifie que de nouvelles compressions seront nécessaires pour atteindre l'équilibre budgétaire, tel que requis par la loi.


Faits en bref

Le Plan financier à long terme (PFLT), adopté en 2010, suggère une série d'orientations financières pour assurer la viabilité financière de la Ville, notamment :
- L'indexation annuelle des taxes à l'IPC (Banque du Canada) pour maintenir les services actuels;
- Une taxe spéciale pour le financement d'un fonds dédié aux infrastructures;
- Une Commission de révision des dépenses et des services;
- L'exigence auprès de Québec d'une diversification des revenus municipaux.
Plusieurs orientations et actions préconisées par le PFLT ont été mises en place :
- Le plafonnement de la hausse de taxes à l'IPC (Banque du Canada);
- Une taxe dédiée aux infrastructures (1 % par an depuis 2012 – 16 millions $/année);
- Une réserve du cycle de vie pour nos nouveaux équipements (2 % du coût);
- Une Commission de révision des dépenses et des services (6,3 millions $ d'économies récurrentes réalisées sur un objectif de 15 millions $ d'ici 2018);
- Le contrôle de la hausse des dépenses : salaires et avantages sociaux (nouveaux outils du pacte fiscal et loi 15), transport collectif (plafonnement de la quote-part STO), contrats (économies de soumissions et rigueur), ajout de services (absorption de la croissance), etc.
Par contre, malgré la recommandation du PFLT, la Ville n'a jamais taxé davantage pour faire face aux nouvelles responsabilités transférées par Québec, ce qui accentue le déficit structurel.
Il en est de même pour la croissance de la Ville qui a toujours été assumée à même le cadre financier actuel.
Lors de l'étude du budget, un plan de diversification des revenus sera proposé.
Plusieurs risques demeurent : vigueur du marché immobilier, taux d'intérêt, rendements des régimes de retraite.


Citations

« Le déficit structurel nous oblige, année après année, à faire preuve de rigueur dans la gestion de nos finances et à suivre de façon assidue les orientations du plan financier à long terme. Notre objectif est d'assurer le respect de notre cadre financier en limitant la hausse de taxes à l'IPC, tout en assurant une qualité de services à la population. Nous insistons cependant sur le caractère à long terme de cette démarche, et non à court terme. La révision de nos dépenses et de nos services doit avoir un effet durable sur nos finances » a affirmé le maire de Gatineau, M. Maxime Pedneaud-Jobin.

« Nous travaillons déjà avec plusieurs bonnes pratiques de gestion. Rappelons que la réserve du cycle de vie est une des premières orientations du Plan financier à long terme mise en place. Elle prévoit 500 000 $ par année pour atteindre 2 % de la valeur de toutes nouvelles infrastructures. De plus, la taxe dédiée aux infrastructures a permis, depuis 2012, de faire l'équivalent de 40 millions $ de travaux d'infrastructures. Nous révisons également chacun de nos services afin de pouvoir y dégager une marge de manoeuvre » a ajouté M. Denis Tassé, conseiller municipal et président du Comité des immobilisations et du budget.

– 30 –
     
Suivez-nous dans les médias sociaux

Publié par
Service des communications
Ville de Gatineau
Source
Jean Boileau, ARP, FSCRP
Directeur,
Service des communications
Ville de Gatineau
819 595-7171
boileau.jean@gatineau.ca
@JeanBoileau

À propos de Gatineau

Reconnue pour sa qualité de vie, Gatineau est une ville de 285 000 habitants. Elle est située sur la rive nord de la rivière des Outaouais, et s'étend à l'est et à l'ouest de la rivière Gatineau.

Retourner au haut de la page