Nouvelles accusations contre Michel Giroux en matière d'agressions sexuelles et recherche de victimes d'un autre agresseur
Passer au contenu principal
Ville de Gatineau
Communiqué
Nouvelles accusations contre Michel Giroux en matière d'agressions sexuelles et recherche de victimes d'un autre agresseur

Gatineau, le 6 mai 2019. – L'appel aux victimes effectué le 27 février dernier a permis aux policiers du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) de déposer 13 nouvelles accusations contre Michel Giroux, un résident de Gatineau de 26 ans. À la suite des nouvelles informations reçues, les policiers du SPVG ont également procédé à l'arrestation de Vincent Carrières, un résident de Gatineau de 28 ans, pour des infractions similaires.

Le SPVG réitère sa recherche de victimes concernant M. Giroux et invite toute personne ayant été victime de M. Carrières ou de tout autre individu à composer le 819 243 2345, poste 6238.


Faits en bref

L'appel aux victimes a permis au SPVG d'obtenir près d'une vingtaine de nouvelles informations concernant M. Giroux et son complice.
Chacune des informations reçues a été vérifiée et examinée afin de voir si des accusations pouvaient être déposées au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).
Depuis la tenue de la conférence de presse, huit nouvelles plaintes formelles ont été déposées auprès du SPVG concernant MM. Giroux et Carrières dont certaines font toujours l'objet d'une enquête.
– Les événements reprochés aux deux accusés remontent à 2018.
Le 1er mai dernier, vers 15 h, M. Giroux a de nouveau été arrêté par les policiers du SPVG.
– Il a comparu devant la Cour du Québec après avoir été rencontré par les enquêteurs et est demeuré détenu.
– Il doit répondre à des accusations d'agressions sexuelles armées*, d'avoir vaincu la résistance à la perpétration d'une infraction par l'administration d'une substance et de voyeurisme.
M. Carrières a quant à lui été arrêté vers 13 h 30 le même jour.
– Il a comparu devant la Cour du Québec après avoir été rencontré par les enquêteurs et est également demeuré détenu.
– Il fait pour sa part face à des accusations d'agressions sexuelles armées* et d'avoir vaincu la résistance à la perpétration d'une infraction par l'administration d'une substance.
L'enquête se poursuit et d'autres accusations pourraient être portées contre les deux hommes.
Le SPVG tient à remercier les représentants des médias pour leur aide dans la diffusion de cet appel aux victimes et, surtout, à souligner le courage des victimes qui ont osé briser le silence.

*Précision : En vertu de l'article 272 (1) d) du Code criminel du Canada, une agression sexuelle commise par plus d'un individu à la fois est considérée comme une agression sexuelle armée.

Recherche de victimes de Vincent Carrières

En fonction des éléments recueillis lors de l'enquête, le SPVG a des raisons de croire que M. Carrières pourrait avoir fait d'autres victimes, en agissant seul ou en présence d'autres individus, y compris M. Giroux.
Son modus operandi était le suivant :
– Dans tous les dossiers concernant l'accusé, les victimes étaient contactées via une application mobile de rencontre. Le contact était initié par M. Giroux ou par M. Carrières.
– Après quelques échanges, il y avait rencontre entre la victime et l'accusé. Des actes sexuels étaient alors commis sur la victime, malgré son retrait de consentement ou sans son consentement vu son état d'intoxication.

Retour sur les faits concernant Michel Giroux

Le 26 février dernier vers 15 h 30, les policiers du SPVG ont procédé à l'arrestation de Michel Giroux, 26 ans, Simon Lavoie, 27 ans, et Hasan Demirovic, 31 ans, relativement à des agressions sexuelles.
Le SPVG disposait alors de trois plaintes distinctes selon lesquelles une substance intoxicante aurait été administrée, possiblement du GHB, aux victimes afin de faciliter la perpétration d'agressions sexuelles.
Dans ces trois dossiers, des similitudes dans le modus operandi de M. Giroux laissaient croire au SPVG qu'il pouvait avoir fait d'autres victimes.
Rappelons que M. Giroux prenait contact avec ses victimes via des applications de rencontre en ligne comme « Tinder » et « Bumble ». Après quelques échanges, il invitait la victime à se rendre chez lui ou chez un ami.
– Dans les cas où la victime se rendait au domicile de M. Giroux, elle y constatait, à son arrivée sur les lieux, la présence d'un autre homme qu'il lui présentait comme un de ses amis.
– Dans les cas où la victime acceptait d'aller chez un ami de M. Giroux, elle s'y rendait en compagnie de M. Giroux et de l'ami en question.
– De l'alcool était consommé et les victimes ressentaient rapidement des symptômes d'intoxication avancée. S'ensuivaient alors des actes sexuels pratiqués sur la victime, auxquels M. Giroux et l'autre homme présent prenaient part, et ce, malgré l'absence de consentement de la victime.
Rappelons par ailleurs qu'en vertu de la Loi sur la police, la structure de gestion des enquêtes sur les crimes en série (GECS), coordonnée par la Sûreté du Québec, a été déployée concernant ces multiples dossiers interconnectés d'agressions sexuelles sur le territoire de Gatineau.


Liens connexes

Communiqué de presse : recherche de victimes d'agressions sexuelles à la suite d'une rencontre en ligne

Prévention du crime et conseils de sécurité

Sécurité personnelle

Photos des accusés

Michel Giroux
Vincent Carrières
Vincent Carrières – Photo de profil Facebook
– 30 –
     
Suivez-nous dans les médias sociaux

Publié par
Service de police de la Ville de Gatineau
Source
Andrée East
Agente relationniste
Service de police
Ville de Gatineau
east.andree@gatineau.ca
@policegatineau

À propos de Gatineau

Reconnue pour sa qualité de vie, Gatineau est une ville de 285 000 habitants. Elle est située sur la rive nord de la rivière des Outaouais, et s'étend à l'est et à l'ouest de la rivière Gatineau.

Retourner au haut de la page